Le château Gruaud Larose, grand cru classé, parraine une formation d’étudiants chinois qui deviendront des spécialistes de l’œnotourisme.

«Nous sommes tous intéressés par l’œnotourisme. On ne connaît pas vraiment le monde du vin. Dans mon pays, la Chine, il y a une vraie demande pour davantage faire connaissance. » Lilijuan étudie à l’EPCC, une école privée libournaise spécialisée dans le commerce et la comptabilité. La structure reçoit depuis plusieurs années des étudiants chinois en marketing et stratégie des entreprises.
Ancrée dans une région où l’activité viticole rayonne, EPCC a développé une formation autour de l’œnotourisme destinée à ses « apprentis » venus de l’Empire du milieu.

De la vigne au chai

Depuis deux ans, ils peuvent donc s’inscrire à un bachelor manager en œnotourisme. La première promotion, lancée en 2010, avait pour parrain le château Sainte-Barbe à Ambès. La promotion 2011, elle, est accompagnée par le château Gruaud Larose, deuxième grand cru classé. Vendredi 7 octobre, dans les vignes de la prestigieuse appellation Saint-Julien dans le Médoc, une soixantaine de ces étudiants sont venus à la rencontre de la propriété. De la vigne au chai, sans oublier la traditionnelle dégustation, ils ont pu découvrir ce qu’ils devront par la suite faire partager à leurs concitoyens.

Des ambassadeurs

Au milieu du vignoble, Jean Merlaut, le propriétaire du château, dévoile à ses invités un peu de sa philosophie. « Vous ne pouvez pas tout dire avec les mots. Le vin, c’est aussi le partage. Et l’œnotourisme, l’occasion de faire passer quelque chose avec un autre langage. » Le petit groupe de Chinois, qui a déjà suivi un cursus de formation en français, opine.

Entourée par un autre groupe d’étudiants, Maisa Mansion, sommelière et titulaire d’un master en tourisme, sensibilise ses interlocuteurs à l’histoire de la propriété et de son terroir. La jeune femme, de nationalité brésilienne, a été embauchée par le château Gruaud Larose en octobre 2009 pour justement développer cette politique œnotouristique décidée par Jean Merlaut. Les Chinois écoutent avec attention la présentation fine et impeccable délivrée par la Sud-Américaine. Demain, dans d’autres châteaux, ils devront faire avec le même souci de qualité.

Devant un bon verre de Gruaud Larose, Lionel Mayot, le responsable pédagogique de cette formation œnotourisme à l’EPCC, indique qu’un tiers de ses étudiants veulent rester en France et que deux tiers d’entre eux se destinent à faire du commerce entre la Chine, la France et l’Europe. Selon ce cadre, l’intégration de ses étudiants dans la culture « locale » se passe très bien.

Source

Photo : Julien Lestage