(photo Albert de Monts)
(photo Albert de Monts)

Bergerac et Duras, le long de la Dordogne, offre un cadre verdoyant et un climat idéal pour l’élaboration de ces vins dorés, moelleux et liquoreux, qui tentent de reconquérir les palais. pas moins de sept appellations revendiquées en territoire de Bergerac et de Duras sur les deux rives de la Dordogne. (Re)découvrez-les dans notre Escapade, à lire en intégralité dans Terre de vins n°74, actuellement en kiosque, ou sur notre kiosque digital.

Épisode 3 : Château Moulin Caresse

Le sens du collectif
Chez les Deffarge, on travaille en famille. La neuvième génération de vignerons, Benjamin en vignes et en cave, Quentin au commerce, partage depuis déjà une dizaine d’années la gestion du domaine avec ses parents, Jean-François et Sylvie. La propriété sur les hauteurs de Montravel, dominant la vallée de la Dordogne, est travaillée en culture très raisonnée. Le vignoble, planté au moins à 5 000 pieds par hectare, ne voit plus de désherbants depuis longtemps, est certifié Terra Vitis depuis 2013 et labellisé HVE. Ce qui a conduit naturellement les Deffarge à franchir le pas de la conversion bio, la certification étant prévue en 2022. La propriété, l’une des plus grandes des environs avec plus d’une cinquantaine d’hectares, n’a cessé de s’agrandir, avec, dernièrement, un nouveau chai doté d’une toiture photovoltaïque. Le grand-père Paul, cofondateur de la coopérative de Port-Sainte-Foy en 1935, faisait partie des premiers producteurs de l’appellation Montravel ; son fils Jean-François, autodidacte du vin, a renoncé au vrac pour faire ses propres cuvées, a présidé pendant plus de quinze ans l’appellation et a conduit la bataille du rouge pour le faire reconnaître en Montravel avec un cahier des charges particulièrement novateur et exigeant à l’aube du XXIe siècle. Son fils Quentin a repris le flambeau et la présidence de l’AOP avec le même sens du collectif pour faire monter en gamme les vins « que l’on a du mal à faire reconnaître à côté des saint-émilion voisins et des sauternes, regrette Quentin. Les côtes-de-montravel en moelleux se vendent plutôt bien, c’est plus compliqué pour les liquoreux. » Moulin Caresse offre une très large gamme de blancs, majoritaires sur le domaine, avec comme cépage phare le sémillon, qui représente la moitié de l’encépagement. Dans la Magie d’Automne, le Cent pour 100 et même dans le blanc tendre La Frangine, en IGP du Périgord, il est associé à la muscadelle, cépage historique, et au sauvignon gris, qui tend à gagner du terrain. Quentin avoue un faible pour ces liquoreux si exigeants en termes de travail et qui lui rappellent de jolis souvenirs, du temps où les deux frères faisaient les vendanges avec leurs grands-parents. « Ils mangeaient presque plus de ces raisins bien mûrs sur pied qu’ils n’en récoltaient », ironise-t-il.

24230 Saint-Antoine-de-Breuilh
05 53 27 55 58 – Site internet

Épisode 1 : Château Puy-Servain et château Calabre
Épisode 2 : Domaine Mouthes Le Bihan