Bruno Mailliard (photo : Emmanuel Perrin)
Bruno Mailliard (photo : Emmanuel Perrin)

Terre nourricière grâce à la domestication du Rhône, la Camargue est une terre d’élevage et de culture aux paysages hors du commun. Dotée d’un terroir singulier et méconnu, elle donne naissance à des vins dessinés à son image, tels les rosés gris de l’IGP Sable-de-Camargue et les rouges en IGP Bouches-du-Rhône Terre-de-Camargue et de l’IGP Méditerranée. Premier de nos six portraits camarguais : le Domaine Royal de Jarras.

Quand on demande à Paul-François Vranken ce qui l’a conduit à racheter les Grands Domaines du littoral à la coopérative Val d’Orbieu en 2005, le PDG du groupe Vranken-Pommery Monopole répond : « Les entrepreneurs investissent dans ce qu’ils aiment. »
La Camargue ? Son père, démobilisé à Lunel, lui en parlait fréquemment. Il y possède aussi des souvenirs d’enfance. « Nous séjournions l’été à Vergèze, où mes parents côtoyaient le coureur automobile Maurice Trintignant », se souvient-il. Le domaine Royal de Jarras, entouré de ses 420 hectares de vignoble planté dans les sables, constitue le vaisseau amiral des propriétés camarguaises de l’homme d’affaires. Son ambition, convertir au bio quelque 600 hectares d’ici à 2019 et, à terme, la totalité soit 1 250 hectares. Jarras est déjà fin prêt.

Il faut dire que son environnement est exceptionnel à plus d’un titre. Situé sur des cordons littoraux fossiles construits au cours des siècles à partir de sédiments transportés par le Rhône, il héberge une quantité impressionnante d’espèces dont certaines sont protégées, la plus célèbre étant le flamant rose. Mais également des poissons qui vivent dans les roubines d’eau douce ceinturant le vignoble pour évacuer le sel. « Nous possédons également un élevage de 70 chevaux de race camarguaise qui contribuent à maintenir le milieu ouvert », complète Bruno Mailliard. Épargné par le phylloxera, Jarras a par ailleurs conservé des vignes « franc de pied », c’est-à-dire non greffées, aujourd’hui reproduites en pépinières.

La cuvée Commandeur de Jarras 2016 (15 €) provient de grenaches gris et noirs issus de cette couveuse. Un rosé étonnant, complexe et racé, aux notes de petits fruits rouges, de pétale de rose et d’agrumes, relayées en bouche par des saveurs grillées et épicées qui s’éternisent en longueur. Un vin de gastronomie à marier avec une soupe de poissons d’eau de roche.

Domaine Royal de Jarras – 30220 Aigues-Mortes
04 66 51 17 00 – Site internet

Ce portrait est extrait du Terre de vins N°53 de mai/juin