(photo : Emmanuel Perrin)
(photo : Emmanuel Perrin)

Au bout de la Corse, l’appellation Sartène s’étire entre mer et montagne, autour de la ville éponyme, que Mérimée surnommait « la plus corse des villes corses ». Une dizaine de vignerons s’y partagent quelque 160 hectares de vignes (la région en a compté dix fois plus au XIXe siècle) disséminés entre les coteaux au-dessus de Propriano et le long des vallées de Tizzano et de l’Ortolo.
Terre de vins vous invite chez six d’entre eux, à travers une Escapade publiée dans notre hors-série Sud 2019.

Épisode 4/6 : Castellu di Baricci

Cinq générations au féminin
Cinq générations de femmes ont conduit le domaine. Laurence et Élisabeth, les deux dernières, mère et fille, n’en sont pas peu fières, d’autant qu’elles ont dû redresser la propriété, délaissée à la fin du siècle, le vignoble ayant été quasiment abandonné pour les oliviers. Sur ce vaste ensemble, face aux paysages majestueux de la vallée de l’Ortolo, sous la chaîne de Cagna, au début de ce siècle, Laurence et son ex-mari avaient décidé de replanter. Quelques années plus tard, leur fille Élisabeth, contrôleuse de gestion à Paris, reprenait les rênes en faisant des navettes entre Paris et Sartène. Le vignoble, qui a compté dans les années 1970 près de 80 hectares, n’en affiche plus qu’une quinzaine, restructurés pour faire la part belle aux cépages locaux (vermentinu, sciaccarellu, niellucciu, minustellu…). Les Quilichini ont démarré progressivement la culture en bio, en 2005, et sont certifiés depuis 2013. Élisabeth a investi dans le matériel et fait restaurer les deux maisons du XIXe sur la propriété. « Maintenant, nous attendons le reclassement des terres en bordure, qui avaient été arrachées pour bénéficier de primes dans les années 80, à l’époque où le domaine, avec des vignes vieillissantes, était ingérable par une femme seule, raconte Laurence. Il est évident que les terres dans la continuité et bénéficiant des mêmes sols granitiques et du même climat sont au niveau de nos AOP. » Tout est vendangé à la main, trié à la vigne et en cave. Depuis cette année, Élisabeth produit une cuvée originale en solera, chaque vendange depuis 2015 rentrant pour une petite partie dans l’assemblage sans cesse renouvelé, d’où son nom, La Perpétuelle. « C’est un vin de mémoire où chaque millésime raconte son histoire, aime à rappeler la vigneronne. Je voulais faire quelque chose de différent pour exprimer le terroir en isolant les parcelles que j’avais replantées en sciaccarellu, niellucciu, et minustellu issues des vignes non classées. C’est une vraie alternative à notre cuvée fer de lance. » Un vin poivré et acidulé, aux arômes de fruits rouges et de violette (24 €) portant symboliquement les armes d’Élisabeth et de son mari, breton. Ils viennent de racheter en haut de la vallée une propriété de 90 hectares, dont une vingtaine pourraient être plantés en vignes. Reste à définir avec quels cépages, le sujet est encore en réflexion.
Castellu di Baricci – 20100 Sartène
09 88 99 30 62

Épisode 1/6 : Domaine Sant Armettu
Épisode 2/6 : Domaine Fiumicicoli
Épisode 3/6 : Clos Colonna