©C. L'hôte
©C. L'hôte

[Grands Jours de Bourgogne, jour 2] Le village du nord la Côte de Nuits vit un alignement des planètes, entre succès commercial et arrivée prochaine de premiers crus.

Soyons francs : il reste peu de vins abordables en Côte de Nuits. Mais il en reste. Au royaume du pinot noir, Marsannay fait partie de ces appellations encore accessibles. Problème de qualité ? Loin de là. « La notoriété moindre de Marsannay par rapport à Vosne-Romanée ou à Gevrey-Chambertin est historique », rappelle Bernard Bouvier, président de l’appellation. « Dans les années 1930, c’est l’un des seuls villages de Bourgogne dont le vin se vendait bien, de par la proximité avec Dijon notamment. Alors, les vignerons ont choisi de rester hors du système d’appellations… Depuis, comme on le sait, la roue a tourné…» Rapidement, Marsannay cherche à se rattraper, mais l’AOC n’arrive qu’en 1987. Cinquante ans après Nuits, Vougeot, Chambolle ou Morey…

Promotion pour 14 climats

Pourtant, les vins, des rouges à 80 %, ont bien des atouts. « Nos terroirs sont très variés, mais toujours typiques de la côte de Nuits. Le tout à un rapport prix/plaisir encore excellent », insiste Bernard Bouvier. Résultat : depuis quelques années, Marsannay a le vent en poupe.

Ce retour dans la cour des grands sera bientôt acté par l’Inao lui-même. Le temple des appellations s’apprête à reconnaître un tiers du vignoble en premier cru. «La mention doit porter sur 14 climats. L’idée n’est pas de faire plaisir à tel ou tel vigneron. Ce sont des terroirs appréciés à l’aveugle depuis 30 ans», précise Bernard Bouvier. L’affaire est bien engagée. Mais en matière d’AOC, il faut de la patience. Il y en a «encore  pour quelques années encore » avant le voir le sésame apparaître sur les étiquettes.

Quelques coups de coeur

Marsannay Es Chezots 2019 – Domaine Bart : Mûre, tendre, intense, sur des fruits noirs juteux, c’est une cuvée d’une grande classe qui se dessine déjà. La trame se poursuit sur une finale ciselée, faite de tanins fins et de salinité. Joli potentiel de garde.

Marsannay Clos du Roy 2020 – Domaine René Bouvier : Des pinots de plus de 70 ans sur de petits cailloux calcaire : dès la vigne, la complexité s’annonce. En bouteille, cela donne un profil élégant, aux notes de cerise, griotte et violette. Un vin racé et longiligne, qui s’étire sur une salinité prononcée et de fins amers.

Marsannay En Clémengeot 2019 – Domaine Sylvain Pataille : Grand succès de ce vigneron adepte du sulfitage a minima, cette cuvée offre un fruit éclatant et friand, avec des notes de petits fruits rouges confiturés. Des tanins feutrés donnent la réplique, avec, en filigrane, une minéralité qui rafraîchit l’ensemble.