Ça bouge à Saint-Julien du côté du quartier des Barton ! Les trois générations aux commandes décident de lancer un grand projet de rénovation et d’extension de l’ensemble de l’outil technique pour les châteaux Langoa-Barton et Léoville-Barton. Le cabinet “Touton Architectes” a été mandaté et Lilian Barton Sartorius nous délivre les raisons de ce changement.

Comment s’est prise la décision d’écrire un nouveau chapitre dans l’histoire de vos deux crus classés ?
Nous avions ce projet à l’esprit depuis quelques temps déjà et cela a réellement pris forme de façon plus détaillée avec les arrivées successives de mes 2 enfants, Mélanie en 2013 et Damien en 2016, la nouvelle génération qui, il faut le noter, est la 8e à Langoa ! Nous avons surtout à cœur de réaliser un projet architectural qui nous ressemble et qui va s’inscrire dans le temps, à l’image de notre histoire familiale. Ensuite les raisons de ces changements, de ce nouveau chapitre, ont été axées autour de plusieurs points : tout d’abord, la sécurité des ouvriers de chai car notre cuvier était superbe mais il n’était pas très confortable pour qu’ils puissent y travailler de façon optimale, la charpente historique était trop basse. Et ce qui nous tenait à cœur était de retrouver un outil de travail qui épouse la pente naturelle, car contrairement aux idées reçues le Médoc n’est pas complétement plat ! Ceux qui courent le Marathon le savent bien !

Quel est le projet en termes de technicité ?
La grande nouveauté est celle du transfert de la vendange qui sera réalisé par gravité. Le nouveau cuvier voit une augmentation significative du nombre de cuves, dont les contenances seront plus variées, de manière à affiner la sélection intra-parcellaire et enfin une attention toute particulière est portée à la dimension écologique du projet dans son ensemble (de la vigne à la mise en bouteille). Par exemple le refroidissement s’effectuera à l’avenir par une pompe à chaleur qui utilise les calories de l’air extérieur pour les restituer à la température souhaitée dans les chais, les bureaux, etc., afin de moins consommer d’énergie. On va aussi profiter de la configuration du terrain, en pente, pour enterrer une partie du nouveau cuvier et des nouveaux chais, qui eux seront dorénavant sur 2 niveaux, pour privilégier la température naturelle du sol. Je précise que nous avons à cœur de garder notre style, on se sert de la modernité mais tout en conservant nos méthodes traditionnelles.

Quelle place va être donnée à l’œnotourisme dans ces nouvelles installations ?
Nous allons prévoir dans un deuxième temps une nouvelle aventure pour nous qui est celle de l’œnotourisme, même si ce terme est un peu large à mon goût. Ici à Langoa Barton c’est un véritable village, il y a plein de bâtiments qui ne sont plus utilisés car nos vins sont stockés dans un entrepôt à proximité. On veut donc faire revivre cet ensemble de bâtiments à travers différentes activités pour accueillir les amateurs de vin et de façon plus large les amateurs de bonnes choses et leur faire découvrir notre travail tout au long de l’année.