Accueil Grêle dans le Var : quel impact pour les vignes ?

Grêle dans le Var : quel impact pour les vignes ?

Auteur

La
rédaction

Date

30.05.2012

Partager

Le préfet du Var, qui s’est rendu mardi matin dans des vignes du département dévastées dimanche par la grêle, a annoncé qu’une commission d’enquête allait évaluer les dégâts et que la procédure de calamités agricoles pouvait intervenir dans un tel cas.

« La commission d’enquête se met en place pour évaluer l’ensemble des dommages subis sur les douze communes qui ont été frappées par la grêle », a déclaré le préfet Paul Mourier à Flassans-sur-Issole où il a débuté sa visite, précisant que ce processus prendrait « plusieurs jours ».

Entre 5000 et 6000 hectares de vignes ont été touchés dimanche en fin d’après-midi dans le centre-Var par un violent orage de grêle. La récolte y est détruite de 70% à 100% selon les endroits. Pour accompagner les sinistrés, le préfet a également mis en place « une cellule d’appui pour que chaque cas bénéficie d’un traitement individualisé et de la meilleure réponse à ses préoccupations ».

Des maires lui ont demandé la reconnaissance de catastrophe naturelle « car des biens non assurables autres que les vignes ont été touchés sur leur commune », a indiqué M. Mourier, précisant que dans cette situation, « la procédure de calamités agricoles, qui mobilise le Fonds national de garantie agricole, pouvait intervenir » dans l’indemnisation des victimes des intempéries.

Selon un premier bilan, une dizaine de caves coopératives et 30 à 40 vignerons indépendants, produisant des AOC Côte de Provence, Côteaux Varois et des Vins de Pays, ont été touchés. L’orage s’est localisé sur les communes de Pignans, Carnoules, Flassans-sur-Issole, Carcès, Besse-sur-Issole, Brignoles, Correns, Cotignac, Le Val et Montfort-sur-Argens.

D’après des professionnels rencontrés par le préfet, « ce n’est pas seulement la récolte 2012 qui est anéantie », mais celles aussi « de 2013 et peut-être 2014 car les bois des vignes ont été profondément meurtris ». La Chambre d’Agriculture du Var a mobilisé des techniciens pour déterminer, selon son président Alain Bassino, « la manière d’agir au plus vite sur les vignes, par une taille adaptée et peut-être des produits phytosanitaires ». Une cellule de crise doit aussi répondre aux problèmes administratifs.

Articles liés