Accueil Actualités [J-5 Bordeaux Tasting] La collection Veloce de Riedel : plus qu’un verre, un outil de dégustation

[J-5 Bordeaux Tasting] La collection Veloce de Riedel : plus qu’un verre, un outil de dégustation

Auteur

Yves
Tesson

Date

05.12.2022

Partager

Lorsqu’il acquiert des verres pour son service de table, le réflexe du consommateur est de les sélectionner sur des critères esthétiques. Grave erreur, comme vous le démontrera la Master Class proposée par la Maison Riedel à Bordeaux Tasting. Pour en savoir plus, nous sommes allés rencontrer Victor Ulrich, directeur général de Riedel France.

Quelle philosophie guide la création des verres de Riedel ?

De manière générale, on se plaint beaucoup plus du vin que du verre. Sauf que, dans bien des cas, la qualité du vin n’est pas en cause, l’outil de dégustation utilisé n’est tout simplement pas adéquat et ce détail a la même importance par exemple que la température du service. L’une des spécificités de la maison, c’est que l’intégralité des verres que nous créons sont développés dans des workshops comparatifs, en général directement dans le vignoble. Lorsque j’ai commencé dans l’entreprise, au bout d’un mois nous avons chargé le van avec Maximilian Riedel (11ème génération !), en embarquant les différents prototypes de verres à Viognier et à Syrah puis nous nous sommes rendus dans la vallée du Rhône pour valider les choix des formes en les testant chez différents vignerons. Notre façon de travailler est assez empirique. Il existe peu de théorie scientifique qui permette d’expliquer tel ou tel effet, en revanche, le travail de dégustation est primordial et son résultat sans équivoque.

En somme, la dégustation prime sur l’esthétique…

C’est vraiment ce qui fait notre différence, nous ne considérons pas comme d’autres verriers le verre comme un objet décoratif et nous avons opéré ce tournant très tôt, dans les années 1950. A l’époque, pour répondre aux canons de l’art de la table à la française, il fallait du verre taillé avec beaucoup d’ornements. Riedel est venu amener quelque chose de beaucoup plus minimaliste en proposant des très grands verres, soufflés, sans gravure, sans couleur, avec plutôt une forme d’œuf resserrée sur le dessus pour être vraiment au service du vin. Bien entendu, aujourd’hui, la plupart des verres sur le marché ont cette silhouette, mais nous en sommes à l’origine.  L’autre innovation, toujours dans cette mise en avant d’abord du vin, a été de produire des verres avec beaucoup de légèreté et de finesse au buvant. Les gens préféraient les verres épais, lourds, et le poids du verre était souvent considéré comme gage de qualité, je pense par exemple au cristal au plomb. En réalité, le verre ne se vend pas au poids, et un verre léger et fin est plus onéreux à produire et nécessite davantage de temps. Dans le cas du champagne, nous avons aussi été les premiers à choquer lorsque Maximilian Riedel a affirmé dans une interview qu’il fallait tuer la flûte. Au début, nous avons dû affronter une levée de boucliers. Même si les Champenois savaient déjà depuis longtemps qu’un verre à vin blanc était plus efficace pour la dégustation, ils ne voulaient pas s’affranchir de l’image de la flûte et de ce moment de consommation qu’elle symbolisait dans les cocktails. Aujourd’hui, ils se sont pleinement appropriés cette approche. Riedel est devenue ainsi « the wine glass company ». On nous apparente d’ailleurs plus aujourd’hui au monde du vin qu’aux arts de la table et ce n’est pas un hasard si, en France, notre distribution est assurée par des agents qui ont tous dans leurs portefeuilles des marques de vins.

A l’occasion de Bordeaux Tasting, Anastasiia Semenova, votre responsable marketing, animera une Master class, quel en sera le contenu ?

Il s’agira justement de comprendre l’impact du verre sur le vin, comment celui-ci peut participer à son rééquilibrage. Nous nous appuierons sur une dégustation comparative de trois vins dans quatre verres différents, un verre à sauvignon, un verre à chardonnay, un verre à cabernet et un verre à pinot noir. C’est une expérience que très peu de consommateurs ont l’occasion de faire. Même certains sommeliers ne l’ont jamais réalisée ! Nous en profiterons ainsi pour présenter aux participants notre nouvelle collection « Veloce ». Ils pourront même repartir avec un coffret de quatre verres d’une valeur de 110 € offert par la maison. L’innovation qu’incarne Veloce, c’est cette capacité que nous avons aujourd’hui à produire à la machine des verres qui ont les qualités de finesse et de légèreté que nous ne parvenions jusqu’ici à obtenir que par le soufflé bouche. C’est un véritable enjeu pour nous, parce que le soufflé bouche a toujours été le nec plus ultra sur le papier, mais, en réalité, son aspect artisanal fait que la taille du buvant peut varier de quelques millimètres d’un verre à l’autre, ce qui peut changer les conditions d’appréciation du vin. Nous avons du soufflé bouche depuis toujours, mais aujourd’hui il ne représente plus qu’un pourcent de notre production pour 10% de la valeur, grâce au succès de nos collections mécaniques lancées depuis les années 1970, la première ayant été Vinum, toujours présente sur le marché.


Pour réserver votre place à la Master Class Maison Riedel à Bordeaux Tasting le samedi 10 décembre à 11h c'est ici.
Chaque participant repartira avec son set comprenant les quatre verres Riedel d'une valeur de 110€