Photo: Anne Schoendoerffer. 
De g à d :
Cyrille Bajolet, chef sommelier de Verchant, Nathalie Delbez, vigneronne du domaine DéCalage et présidente de l’appellation, Olivier du Mas Trinquier, Pierre Mestre, propriétaire du domaine de Verchant et Florent Granier du Clos Sorian
Photo: Anne Schoendoerffer. De g à d : Cyrille Bajolet, chef sommelier de Verchant, Nathalie Delbez, vigneronne du domaine DéCalage et présidente de l’appellation, Olivier du Mas Trinquier, Pierre Mestre, propriétaire du domaine de Verchant et Florent Granier du Clos Sorian

Huit domaines sur les neufs de l’appellation Languedoc-La Méjanelle ont organisé leur premier salon des vins Terroir de la Méjanelle dans le cadre prestigieux du domaine de Verchant, à Montpellier ce samedi 23 Octobre 2021. Une occasion unique de parler à la fois de ce terroir et de la sauvegarde de ce poumon vert aux portes de la ville.

L’idée est partie de mon envie de parler de ce petit terroir qu’est la Méjanelle et de réunir tous les vignerons de cette appellation” confie Cyrille Bajolet, le chef sommelier de Verchant. “Huit domaines sur les neufs de l’appellation Languedoc-La Méjanelle, ont répondu présent” précise t’il. Domaine Décalage, Château de Flaugergues, Mas Trinquier, Clos Sorian, Château des Mazes, Domaine des Rosiers, Mas D’Isnard et le Domaine de Verchant ont fait déguster toute la journée à près de 200 visiteurs leurs vins issus de ce terroir. “Une première réussie” pose en fin de journée le chef sommelier, grâce aussi “aux concours des étudiants en Classe de BTSA technico-commercial des vins et spiritueux au Lycée Frédéric Bazille à Montpellier qui m’ont aidé à organiser l’événement”.

L’AOP Languedoc-La Méjanelle, c’est quoi ?

La question fait débat au sein même du groupe de vignerons présents. Comme le dit Florent Granier du Clos Sorian : “Avec les AOP, les gens s’y perdent”. Au sein de l’appellation Languedoc – Grés de Montpellier, il y a quatre zones historiques, toutes anciennes zones VDQS (Vin De Qualité Supérieure) et toutes situées sur d’anciens lits du Rhône : St Georges d’Orques, St Drézery, St Christol et la Méjanelle.

Cette dernière se situe sur Montpellier et sur trois communes aux portes de la ville : Mauguio, Castelnau le Lez et Saint-Aunès. Historiquement, c’est le vignoble des Montpelliérains. Les bourgeois montpelliérains avaient leur vigne à côté de la ville où ils ont fait construire des Folies, comme le Château de Flaugergues.

Sur ce terroir, les galets du Villafranchien, tels ceux de Châteauneuf-du-Pape et des Costières de Nîmes, sont rois. Pour les géographes, « La Méjanelle », est un petit plateau ou une terrasse d’une quarantaine de mètres d’altitude. Les vins sont produits en rouge avec comme cépages principaux, le grenache, le mourvèdre et la syrah. Selon Florent Granier, “entre 120 et 150 ha pourraient être revendiqués en AOP Languedoc-La Méjanelle. La grosse difficulté est que ce terroir est attaqué de partout. Ma cuvée “Galeja” est une allégorie du combat pour sa préservation car rien n’est fait pour la mettre en valeur”. Et c’est sur ce point que tous ces producteurs se rejoignent. Leurs besoins sont peut être différents, mais leur objectif est identique : sauvegarder ce poumon vert et son terroir. Nathalie Delbez, la vigneronne du domaine DéCalage et présidente de l’appellation raconte : “notre problème, c’est l’urbanisation. Nos domaines sont coupés par l’A9. Demain, nous devrons aussi subir un nouveau contournement qui va recouper notre vignoble”. Sans parler de la pression immobilière. “Nous sommes un peu les gaulois”, souffle son mari Frédéric Delbez.

Cette première édition a mis en lumière ce terroir historique aux portes de Montpellier. Elle a aussi permis à ses 8 domaines de se réunir pour la première fois. Avec comme porte drapeau, Pierre Mestre, qui même s’il ne se revendique pas vigneron, est très attaché au domaine de Verchant, à ses pieds de vigne et aux galets, que l’on peut admirer sur place. Rendez-vous est pris pour la deuxième édition en 2022, à Verchant ou dans un des sept autres domaines voisins.