Les rouges fruités sont les rois du marché du vin en Chine, mais les spécialistes du plus grand salon asiatique des vins déclarent que les femmes sont à l’avant-garde d’une mode pour les blancs, qui va ouvrir de nouveaux flux de bénéfices pour les producteurs du monde entier.

Les Chinois consomment en moyenne 300 millions de bouteilles par an, avec une préférence prononcée pour le rouge, selon des initiés de l’industrie du vin réunis à Hong Kong pour Vinexpo Asia-Pacific, le plus grand salon du vin de la région. Vu comme emblématique de l’expérience du vin et reconnu pour ses propriétés médicinales, le vin rouge représente 90% de l’explosif mais encore jeune marché chinois, sa part étant mondialement de 65%, selon Vinexpo.

« Au début, la profession pensait qu’ils consommeraient plus de vins blancs parce que cela irait mieux avec la cuisine asiatique. Finalement, le rouge a gagné », déclare Robert Beynat, directeur général de Vinexpo. Il ajoute qu’il y a maintenant des signes montrant que les femmes se tournent de plus en plus vers les vins blancs. La prédominance des cépages cabernet, syrah et merlot saute aux yeux lorsqu’on arpente n’importe quel supermarché à Hong-Kong, le territoire de la Chine du sud qui est le plus important marché unique de vin, si l’on se base sur la consommation par habitant.

Mais Donny Ho, directeur du principal distributeur Jebsen Fine Wines, indique que le marché se modifie. Les volumes de vin blanc importé à Hong-Kong ont augmenté de 39% dans le premier trimestre 2012, pour atteindre 14% du total des vins importés. « Le mouvement de balancier vers les vins blancs reflète l’augmentation de la consommation locale de vin blanc et une progressive sophistication de notre marché du vin », dit-il. « Les consommateurs locaux voient le vin blanc comme une option plus rafraichissante, et les amateurs de vin développant une connaissance plus approfondie, ils sont davantage prêts à aller au-delà du vin rouge. »

Selon International Wine and Spirit Research (IWSR), le marché du vin blanc en Chine devrait grossir de 69% entre 2011 et 2015, comparé à 53% pour les rouges.

Apprendre à faire confiance à son propre goût

Le président du CIVB, Georges Haushalter, déclare que des études montrent que les amateurs chinois, surtout les femmes et les jeunes, aiment le goût du vin blanc mais achètent encore des rouges. « Quand nous organisons des dégustations, nous remarquons que les nouveaux consommateurs et les femmes, en particulier, apprécient les liquoreux de Bordeaux« , dit-il. « Mais quand on en vient aux habitudes d’achat, leur attitude est de dire que le vin doit être rouge. Tout est affaire d’éducation, leur faire comprendre qu’ils peuvent faire confiance à leur propre goût, et cela prend un peu de temps »

Fang Chen, directrice chinoise de Vins-Vinerons qui représente les principaux châteaux de Bourgogne, une région française réputée pour ses chardonnay, a confié que les Chinois étaient impressionnés par les supposés bienfaits du vin rouge sur la santé. « Les gens aiment la nourriture thérapeutique », dit-elle, ajoutant qu’il y a même un produit de beauté féminin sur le marché maintenant, connu comme « une crème au vin rouge », donnant apparemment un teint rosé et éclatant de bonne santé.

Son collègue français, Philippe Garnier, dit que le gros avantage du blanc sur le rouge est qu’il se marie bien avec les produits de la mer chinois et les plats épicés. « Il n’a pas le tanin qui donne leur caractère épicé aux vins rouges », déclare-t-il.

Ce n’est pas une coïncidence si les blancs ont une plus grande pénétration du marché dans la Chine du sud où les amateurs sont plus raffinés et la nourriture plus légère, dit Nikki Palun, la directrice à l’exportation, parlant le Mandarin, de De Bortoli Wines of Australia. Elle a ajouté que les Chinois « s’ouvrent vraiment » au vin blanc comme jamais auparavant. « Nous venons juste de vendre 50 caisses de notre chardonnay haut de gamme. Il y a une énorme demande pour cela maintenant. »

Stephen Coates