Ludivine Griveau 
©C. L'hôte
Ludivine Griveau ©C. L'hôte

Le célèbre hôpital-vigneron officialise sa conversion après des années de pratiques proches du label.

De « flexibio » à bio. Le domaine des Hospices de Beaune, qui bannit les produits de synthèse de ses vignes depuis plusieurs années, passe officiellement le cap. Dans sa dernière conférence de presse, le domaine bourguignon annonce être en conversion depuis 2021.  « Cette philosophie était déjà très ancrée dans nos pratiques», rappelle Ludivine Griveau-Gemma, sa régisseuse. « Avant mon arrivée, il y a huit ans, mon prédécesseur avait déjà fortement réduit les intrants chimiques de synthèse. Depuis 2017, on n’en utilise plus .»

Alors, pourquoi attendre autant pour demander le label ? «Quand on veut convertir 60 hectares d’un coup, il faut être prêt. Cela implique beaucoup d’observation dans les vignes, ainsi qu’une aide aux  techniciens viticoles [aux Hospices de Beaune, chaque vigne est attribuée à un vigneron salarié, ndla] pour qu’ils aient du matériel performant, de traitement en particulier. Mais je dois dire que j’ai trouvé rapidement une adhésion forte des équipes. »

« On ne ferme pas la porte à la biodynamie »

Les cuvées des Hospices seront certifiées AB dès le millésime 2024. Enfin, presque toutes… Comme les vins, achetés en primeur, terminent leur élevage chez un négociant bourguignon choisi par l’acheteur, « le vin va sortir bio du chai, mais sera certifié en bouteille seulement si l’élevage se poursuit dans cette démarche ». Ce qui sera le cas la plupart du temps : beaucoup d’éleveurs partenaires des Hospices sont déjà certifiés ou en conversion. Ce détail technique demandera toutefois un certain effort de communication. « Il va falloir être très pédagogues pour expliquer que deux bouteilles de la même cuvée et du même millésime n’auront pas forcement le même label. »

Si l’effort est de taille, il ne constitue pas une fin en soi au domaine. « L’enjeu de demain est de réduire les traitements, même bios. Le bio n’est pas parfait», assume Ludivine Griveau-Gemma. La question de la biodynamie se pose également, mais dans un avenir moins proche. « On a déjà cette approche sur quelques parcelles. Mais l’appliquer sur 60 hectares, c’est  extrêmement compliqué matériellement, en termes de personnel, de matériel.. La porte n’est pas fermée, mais il faut faire les choses les unes après les autres… »


La cause de l’enfance au programme de la vente 2022

La 162e vente des Hospices de Beaune aura lieu dimanche 20 novembre 2022, à Beaune. Et comme à l’accoutumée, une pièce (tonneau de 228 litres) sera vendue au profit d’une cause de charité. Cette année, il s’agira de l’enfance. Reste à savoir le nom des associations qui récolteront la recette.  «Nous avons reçu 21 dossier, pour deux places. Il s’agira d’une association de dimension internationale, et d’une autre de dimension nationale ou régionale », avance François Poher, directeur des Hospices de Beaune. Quand aux personnalités animant la vente, les fameux président(e)s, « nous les avons déjà choisi(e)s », annonce-t-il, tenant à garder le suspens quelques semaines de plus.