A gauche : Laure Colombo et Jean-Jacques Dubourdieu (photo PM)
A gauche : Laure Colombo et Jean-Jacques Dubourdieu (photo PM)

Les activités de la famille Colombo sont désormais regroupées sur le site de Cornas et Laure, la fille de Jean-Luc, pilote les vinifications tout en développant son domaine de Saint-Péray.

Les Colombo ont bouclé les travaux. Les différents activités de la maison y compris les bureaux viennent d’être regroupés depuis cet été à Cornas qui abritait déjà la cave et le centre œnologique des Côtes-du-Rhone. Créé par Jean-Luc Colombo à son arrivée dans la région au milieu des années 80, il suit en analyses et conseils une centaine de vignerons du Rhône mais également de Provence, de Languedoc-Roussillon, de Bordeaux, d’Israël… Un an de travaux ont été nécessaires pour creuser un chai abritant désormais 600 barriques, des cuves béton et de nouvelles cuves inox avec les vinifications au-dessus et l’embouteillage dans le nouveau bâtiment. Seul le chai de vieillissement reste sur le site de La Roche de Glun côté Drôme.

LIRE AUSSI – Carnivore : un « Cornas gravisé » signé Colombo et Dubourdieu

Les vinifiés de Laure

C’est désormais Laure, la fille de Jean-Luc et Anne qui s’occupe depuis le millésime 2010 de la vinification des Cornas dont la famille possède une douzaine d’hectares (sur les 130 plantés sur l’appellation, la plus petite de la vallée du Rhône en rouge). Elle s’est également installée depuis 3 ans en Saint-Péray en plantant 4 ha, deux tiers en roussanne, un tiers en marsanne, en plus des 3 existants dans l’espoir de faire renaître cette appellation, à l’instar de ses parents avec Cornas il y a une trentaine d’années. « Cornas et Saint-Péray sont les deux seules AOC au sud du 45ème parallèle, la limite de l’influence méditerranéenne qui fait que les vins et les paysages ont des accents provençaux, explique Laure. L’altitude apporte de surcroît la fraîcheur dans les blancs avec un style plus tendu et une amertume qui nous plait, apportée plutôt par la roussanne ». Chez les Colombo, tout est en bio depuis le départ, mais certifié seulement depuis le millésime 2016, en Saint-Péray depuis le 2017. Mère et fille défendent la biodiversité. Anne plantait déjà de nombreux arbres dans le vignoble; Laure suit les traces de sa mère avec 300 essences locales plantées la première année de son arrivée à Saint Péray.

“Terre de Vins” aime sur Lyon Tasting :

Saint Péray Anthénors La Belle de Mai blanc 2016
Du nom du bistrot que tenait la mère de Jean-Luc Colombo à Marseille. Deux tiers roussanne-un tiers marsanne en parcelle coplantée, fermentées et élevées en barriques de 225 l. dont 15% neuves Des arômes de fruits à chair blanche, coing, tilleul sur de beaux amers, des zestes d’agrumes, ample sur la finesse. (28€)

Cornas Terres Brûlées rouge 2014
Une parcelle avec des vieilles vignes de 30 à 70 ans, des syrahs entièrement éraflées élevées en cuve inox et 10% de bois neuf. Des arômes de fruits rouges et noirs, des notes de garrigue sur des tanins veloutés, de la puissance et de la souplesse. (39€)

Cornas Les Ruchets rouge 2015
À attendre davantage que les Terres Brulées et sur un millésime concentré, taillé pour la garde après 18 mois d’élevage en barriques à 20% neuves. Des fruits rouges confiturés, de l’olive noire et des épices. Une pépite rare. (60€)