Quelques lecteurs de Terre de Vins ont été reçus à la table d’Anne et Olivier Decelle au Mas Amiel, au cœur de la Vallée de l’Agly et de l’AOP Maury. Tour d’actualité d’un propriétaire hyperactif.

Lorsque Olivier Decelle, aux manettes de l’enseigne Picard surgelés (450 magasins), achète l’emblématique Mas Amiel en 1999 et quitte Paris pour s’y installer, le temps suspend son vol. Que va t-il faire de ces 170 hectares voués aux vins doux naturels dont on peut dire qu’ils ne surfent plus sur la vague du succès ? Pour une entrée dans le monde du vin, c’est sportif. Il y avait dans ce choix un coup de cœur et aussi un sens du challenge. En s’entourant d’une équipe du cru, en apprenant avec eux le pays et ses pratiques, Olivier Decelle a aussi apporté un grand savoir faire commercial et la conviction que ces fabuleux terroirs de schiste étaient aptes a produire de grands vins tranquilles, en rouge comme en blanc.

En quelques années de révolution tranquille, Mas Amiel s’est transformé, du cep au caveau. Une gamme de vins modernes et gourmands, un vignoble revigoré par une conduite raisonnée, des bâtiments superbement rénovés. Et l’expérience de cette réussite leur a donné des ailes. Anne et Olivier Decelle ont investi en 2004 à Saint-Emilion où leur château Jean Faure a été classé Grand Cru l’année dernière, puis en 2007 en Bourgogne avec un plaisir qu’ils ont fait partager à nos lecteurs.

« Ici, à Maury, plus il y a de vent, plus on fait de doux » témoigne Olivier Decelle. « C’est la climatologie qui décide du sort des 130 parcelles et c’est bien plus difficile qu’à Bordeaux ». Plus difficile mais très bon. Avec Altaïr, dégusté sur les millésimes 2010 et 2008, l’aptitude à la garde de cet assemblage de grenache gris, blanc et de vieux ceps de macabeu a été démontré. Les rouges Légende 2011, premier millésime de la nouvelle appellation Maury sec, et le Vol de nuit 2011 rassemblant les plus vieux carignans de la propriété ont séduit et étonné l’assemblée. Puis un superbe VDN Maury blanc 2003 aux effluves de poire séchée et truffe blanche, les Maury Vintage Charles Dupuy 2007, l’incroyable et terrien 1969, encore à la vente, et un 1954 sorti lui de la réserve personnelle de nos hôtes ont conclu la soirée en douceur. Grandiose !

Après le Mas Amiel, Bordeaux, la Bourgogne, d’autres projets ? Passionné d’acoustique, ce dernier a repris la majorité des parts d’une société baptisée Triangle et installée à Soissons. « Je suis persuadé qu’il y a des choses à faire entre la musique et le vin. L’objectif n’est pas de produire des enceintes comme en Chine mais d’apporter de la valeur ajoutée ». L’objectif est aussi de déménager cette société à Bordeaux où l’un de ses fils en assurera la gestion dans des locaux installés dans l’actuel musée du vin, dans le vieux Bordeaux. « Je ne veux pas faire du Montebourg mais il y a de la place pour le son français, assure Olivier Decelle. J’aimerais lancer des enceintes baptisées elles aussi Altaïr ». Du son au vin, il n’y a qu’un pas…