Un projet d’antenne relais fait grand bruit en ce moment dans le Sauternais. S’il allait jusqu’au bout, ce serait le saccage d’un paysage viticole préservé. Les recours ont été lancés. 

Décidément, les raisons de se battre dans le Sauternais se suivent et se ressemblent. Il y a eu le projet de ligne LGV qui risquait de modifier de manière irréversible les équilibres naturels créant les conditions optimales pour la production de vins  liquoreux. Aujourd’hui, il y a l’antenne relais de 42 mètres que certains ont eu la bonne idée de vouloir implanter en plein cœur du vignoble, dans une zone peu vallonnée. Cela signifierait qu’elle serait visible à des kilomètres à la ronde. Mais ça ne s’arrête pas là. Le voisin le plus immédiat, à moins de 500 mètres, de cette verrue serait le célèbre château Rayne-Vigneau, 1er grand cru classe de Sauternes. Et c’est la que le bât blesse encore davantage. Car le château représente un éminent patrimoine architectural, inscrit aux monuments historiques depuis 2004. Le groupe Trésor du patrimoine, l’actuel propriétaire, tient d’ailleurs à rappeler que consulté dans le cadre de l’instruction de la déclaration préalable, l’Architecte des bâtiments de France a émis un avis très défavorable pour les motifs suivants : « de par sa hauteur (42 m) ; sa zone technique sans accompagnement paysager, et son implantation dans un paysage ouvert, le projet ne s’intègre pas à son environnement. La proximité immédiate avec le château de Rayne-Vigneau, protégé au titre des monuments historiques, et l’impact sur le paysage du sauternais, protégé au titre des sites, n’est pas prise en compte par ce projet. L’installation d’une antenne à cet emplacement n’est pas compatible avec la recherche de qualification de cet environnement de qualité et vient irrémédiablement le dégrader. Pour ces raisons, le projet appelle un avis défavorable et devrait être refusé par l’autorité compétente ». 

Un recours juridique déposé

Évidemment, Derek Smith, Président de Trésor du Patrimoine, et ses équipes sont vent debout contre le projet et ont déposé immédiatement un recours en référé comme au fond au tribunal. L’objectif est d’obtenir au plus vite une décision de justice bloquant le projet. Reste à comprendre comment de tels projets peuvent être montés sans concertation avec les proches voisins… et surtout acceptés par les maires des communes concernées, en l’occurrence Bommes. Espérons que le Château Rayne Vigneau aura gain de cause pour que sa superbe architecture du XVIIème siècle demeure longtemps le seul phare architectural des environs.