(photos JM Brouard)
(photos JM Brouard)

Bien moins connue que la plupart des autres appellations bourguignonnes, Montagny intéresse toutefois de plus en plus d’amateurs pour ses vins droits comme pour leur prix.

Quand on vous dit Bourgogne blanc, il y a fort à parier que vous répondiez du tac au tac, Meursault, Chablis ou encore Puligny-Montrachet. Montagny ne sort évidemment jamais en tête de liste. Bien sûr, on pourra arguer que les plus prestigieux vins blancs de la région se trouvent en majorité dans la Côte de Beaune. C’est vrai. Pour autant, avec la flambée interminable des prix qui met ces vins hors de portée de beaucoup, la côte châlonnaise plus au sud est un immense réservoir de cuvées de qualité au prix resté (relativement) raisonnable. Ce qui est intéressant, c’est qu’il existe malgré tout une différence de notoriété entre les appellations qui la composent. A n’en pas douter, Mercurey et Rully sont plus évocateurs que Montagny. Eh bien tant mieux, car cette petite appellation reconnue comme tel depuis 1936 produit d’excellents vins blancs restés, pour combien de temps encore, en dehors des radars des spéculateurs. Les vins ont, en effet, une belle personnalité.

Fraîcheur et tension

Nés sur des collines entre 250m et 400m d’altitude aux sols marneux ou calcaires et marneux, les vins blancs produits ici possèdent une race à part, portée par une grande tension. Une majorité d’entre eux sont d’ailleurs issus de « premiers crus », plus nombreux (201,5 hectares) que les simples « villages » (124,9 hectares).3 6 acteurs (vignerons ou coopératives) y produisent des vins. Parmi eux, Stéphane Aladame qui a créé son domaine en 1992. Parmi ses cuvées, le Montagny 1er cru « Les Vignes derrière » 2018 est une belle réussite, au nez floral, légèrement vanillé et rehaussé d’une touche de poivre blanc. La bouche est franche et très précise. Le Montagny 1er cru « sélection de vieilles vignes » 2017 pour sa part fait mouche avec sa salinité de fin de bouche. Ici, les cuvées coûtent de 14 € à 22 €. Une aubaine. Des tarifs sensiblement dans la même gamme au domaine Laurent Cognard. Au-delà de la gentillesse du vigneron, ses vins sont dotés d’un réel charme. Le Montagny 1er cru « les bassets » 2017 par exemple offre une bouche ronde, tapissante avec ses arômes de fruits blancs. Une orientation beaucoup plus saline pour le Montagny 1er cru « le vieux château » 2017 lié à un sol beaucoup plus calcaire. Un vin droit et salivant qui exprime parfaitement le potentiel des vins de l’appellation qui gagnent à être gardés 3/4 ans.