David Pearson, le célèbre Directeur Général du non moins célèbre domaine opus One depuis 2004 vient d’annoncer son départ pour rejoindre une autre icône de la Napa Valley : Bill Harlan.

“Avec ce nouveau défi, je me sens incroyablement jeune”, voici l’état d’esprit de David Pearson, quelques jours seulement après son annonce retentissante. Lui qui a passé les 16 dernières années à la tête d’Opus One, l’un des joyaux de la viticulture californienne et mondiale, a décidé de changer de cap. “La réaction des co-actionnaires du domaine, Constellation Brands (qui a racheté Robert Mondavi Winery – Robert Mondavi était le co-actionnaire historique) et Baron Philippe de Rothschild a été très positive” nous explique David. “J’ai eu l’immense honneur de travailler notamment avec Robert Mondavi et avec les Rothschild qui sont des personnes visionnaires et iconiques. C’est donc avec beaucoup d’enthousiasme que je rejoins Bill Harlan, l’une des figures les plus importantes de la Napa Valley”.

Et en effet, Bill Harlan a réussi à créer en quelques décennies un domaine produisant des vins parfois considérés comme “Petrus de Californie “. Bill Harlan est également l’un des fondateurs de The Meaodowood Estate.

Dans un premier temps, David Pearson va prendre la tête de cette entité. Il dirigera dès le 1er septembre prochain une structure regroupant un hôtel de luxe considéré par beaucoup comme l’un des plus exclusifs du pays, doté notamment d’un restaurant gratifié de 3 étoiles Michelin. Un lieu symbolique, au cœur de la vie de la Napa Valley depuis des décennies et qui accueille notamment chaque année l’une des plus prestigieuses ventes aux enchères viticoles. The Meadowood Estate inclut également un club très privé, réservé à 500 membres, The Napa Valley Reserve. “L’un de mes principaux challenges sera de mieux intégrer cette structure. Des synergies existent et pourront notamment s’exprimer grâce notre Wine Learning Centre qui sera bientôt opérationnel”, explique David Pearson.

Une collaboration plus large

Dans une période mouvementée d’après COVID-19, David aura beaucoup à faire pour continuer à maintenir le cap. “C’est quelque chose de travailler à atteindre les sommets, c’est surtout plus difficile de parvenir à y rester ensuite. Il faut se challenger en permanence au risque d’être rapidement dépassé, même lorsque l’on fait déjà partie des meilleurs. The Meadowood Estate jouit d’un immense prestige et nous allons faire preuve de dynamisme, chercher à être toujours plus précis pour répondre aux attentes de notre clientèle”. Une nouvelle page est à écrire, alors que le monde du luxe a connu de profondes mutations au cours de la dernière décennie. Il n’est plus simplement question de matériel, l’unicité des expériences est désormais au cœur des attentes.

Cette nouvelle page de la vie professionnelle de David s’inscrit dans une vision plus large avec la famille Harlan. “Nous avons d’autres projets spéciaux que nous souhaitons développer conjointement”. Si David ne souhaite pas en donner aujourd’hui la nature, gageons que cette collaboration devrait être fructueuse, avant tout pour la Napa Valley.