(photo Millésima)
(photo Millésima)

Après Château Pontet-Canet la semaine dernière, une autre “star” médocaine vient de mettre en marché son millésime 2019 en primeurs : Château Palmer, 3ème Grand Cru Classé 1855 (Margaux), confirme une tendance à la baisse pour les prix de ce millésime, avec une diminution de -33%.

Il semblait inéluctable que, dans un contexte de marché mondial extrêmement tendu, les prix du millésime 2019 en primeurs à Bordeaux devaient afficher une baisse significative par rapport à son prédécesseur. Malgré la grande qualité de ce millésime – découvrez les notes et commentaires de notre rédaction dès la semaine prochaine dans le magazine – la tendance se confirme bel et bien à la baisse. Marchant dans les pas de Pontet-Canet, sorti la semaine dernière à -31%, Château Palmer, fameux 3ème Grand Cru Classé 1855 (Margaux), vient d’annoncer la mise en marché de son 2019 à 160 € ex-négociant, ce qui se traduit par un prix de 187 € HT pour le consommateur (source). Pour rappel, le 2018 était sorti l’an dernier au prix de 280 € HT.

Le second vin de la propriété conduite en biodynamie, Alter Ego de Palmer, est pour sa part mis en marché au prix de 50,50 € HT.

Parmi les autres vins récemment sortis en primeurs : Marjosse, le très joli bordeaux rouge de Pierre Lurton (7,10 € HT), Le Cygne de Fonréaud, l’un des plus fameux blancs du Médoc (16,25 € HT), ainsi que les vins de la famille Dubourdieu – Château Doisy-Daëne, cru classé de Barsac (28 € HT), Clos Floridène (12,50 € HT en rouge, 13,90 € HT en blanc), Château Reynon (8,30 € HT en rouge, 6,60 € HT en blanc).

EN BONUS
“Un dossier spécial
Terre de vins”

Pendant cette période de confinement, “Terre de vins” a mené, comme promis, “sa” campagne primeurs. Près de 400 propriétés ont été dégustées au cours d’un marathon express qui prend fin ce mercredi avec les Grands crus classés de Saint-Emilion. “L’adhésion des propriétés à ce projet a été considérable, confie Rodolphe Wartel, directeur du magazine. C’est aussi le signe, pour ces propriétaires, que la vie ne doit pas s’arrêter, qu’ils ont envie de prendre une part de voix et qu’ils sont fiers du millésime 2019”. Ces dégustations se sont faites à huis clos dans des propriétés-relais qui ont, avec une bienveillance que nous remercions à nouveau, accepté le dépôt de dizaines d’échantillons.
Nos abonnés découvriront dès la semaine du 8 juin un numéro collector où près de 400 grands vins de Bordeaux auront été dégustés, sous la direction de Sylvie Tonnaire, rédacteur de chef et Mathieu Doumenge, rédacteur en chef adjoint. Un numéro qu’aucun autre magazine au monde n’aura réalisé, dans ces conditions si singulières et… historiques.