(photo Bordeaux Tourisme)
(photo Bordeaux Tourisme)

Vendredi 9 juillet, les châteaux Ausone et Cheval Blanc, historiques Premiers Grands Crus Classés ‘A’ de Saint-Émilion, ont annoncé qu’ils n’avaient pas déposé de dossier pour le classement 2022. Une déflagration qui a suscité beaucoup d’émoi au sein de l’appellation.

Alors que le vignoble de Saint-Émilion s’apprête à accueillir en grande pompe le passage du Tour de France à la fin de la semaine, le cœur n’est pas trop à la fête en ce moment chez les vignerons. Pas à cause des nuages gris qui surplombent la région bordelaise (quoique…), mais à la suite de la nouvelle qui est tombée vendredi soir, et dont Terre de Vins c’est fait l’écho : Château Ausone et Château Cheval Blanc, les deux Premier Grands Crus Classés ‘A’ historiques de Saint-Émilion depuis la création du classement en 1954, ont décidé de ne pas présenter de dossier de candidature au prochain classement qui doit voir le jour en 2022, se retirant de facto de cette hiérarchie des grands crus de l’appellation, révisable tous les dix ans. Reprochant entre autres au cahier des charges de ne pas accorder assez d’importance à la dégustation sur le très long terme et à la qualité des terroirs parmi les critères d’évaluation, ces deux phares de l’appellation se retirent du jeu, portant un coup très dur au futur classement avant même qu’il ait vu le jour.

Du côté de Saint-Émilion, la nouvelle n’a pas été accueillie avec enthousiasme – c’est un euphémisme. Si certains se déclarent en off “peu surpris” par la décision des deux géants, la plupart des personnes interrogées préfèrent exprimer leur regret face à cette double défection. C’est le cas de la direction du Conseil des Vins de Saint-Émilion, par la voix de son directeur Franck Binard : “chacun est libre de se porter candidat ou non à ce classement, il n’y a aucune obligation, mais on ne peut que regretter cette décision. Ces deux propriétés font partie de l’Histoire de l’appellation ; elles décident de faire cavalier seul, c’est évidemment dommage par rapport au collectif. Pour autant, le classement continuera d’exister sans elles. Il vise plus que jamais l’excellence et suscite toujours la même attractivité : nous n’avons jamais enregistré autant de dossiers de candidatures (ce qui ne présume en rien du nombre de grands crus qui seront finalement classés, NDLR). Cette nouvelle fait mal à tout le monde, c’est sûr, mais notre état d’esprit est de continuer à aller de l’avant, et de revendiquer la force collective de ce classement”. Du côté de l’Association des Grands Crus Classés de Saint-Émilion et de son président François Despagne, on maintient pour l’instant une certaine réserve et on s’aligne sur une “position commune” avec le Conseil des Vins.

Angélus et Pavie, toujours candidats à rester ‘A’

Longtemps restés les deux seuls ‘A’ du classement, Ausone et Cheval Blanc ont été rejoints en 2012 par Château Angélus et Château Pavie parmi l’élite. Stéphanie de Boüard-Rivoal, co-propriétaire et directrice générale d’Angélus, reconnaît que l’annonce de vendredi est “une nouvelle qui interpelle. Je n’ai pas l’habitude de commenter les décisions des autres. De façon générale, j’estime que la force de Bordeaux a toujours été de jouer collectif, et ce classement de Saint-Émilion a l’avantage de tirer tout le monde vers le haut, de créer une émulation – même s’il est sans doute perfectible. C’est dommage de tourner le dos à la méritocratie, c’est un choix possiblement pénalisant et préjudiciable pour tout Bordeaux et pour un classement auquel on doit tant.” Quant à savoir si ce retrait des deux ‘A’ historiques est à même de porter un coup grave à la crédibilité du prochain classement ? “Je ne peux pas me prononcer en l’état”, répond Stéphanie de Boüard-Rivoal,” mais je pense que l’on peut quand même avoir un classement solide et bien ficelé en 2022″. Dans tous les cas, on peut confirmer que Château Angélus a bien déposé un dossier.

Idem pour Château Pavie. Gérard Perse, son propriétaire (dont le portrait est à lire dans le nouveau “Terre de Vins” actuellement dans les kiosques), reste fidèle au classement auquel il a “consacré tant d’efforts. Mais il est difficile de dire quel impact aura ce retrait de Cheval Blanc et Ausone. Bien sûr, chacun est libre de faire ce qu’il veut, et lorsque l’on voit une marque aussi forte que Cheval Blanc, inscrite dans la galaxie LVMH, on ne se fait pas vraiment de souci pour eux. Mais il est indéniable que leur départ va porter une atteinte au classement et troubler la lisibilité de la hiérarchie. Il y aura donc ces deux anciens ‘A’ désormais ‘non classés’, des Premiers ‘A’, des Premiers ‘B’, des grands crus classés… Est-ce que cela ne va pas diluer le classement ? Et qui va rejoindre le club des ‘A’ l’année prochaine ? Tout cela reste très flou et il faudra aussi voir comment vont réagir la Place de Bordeaux et les clients”, conclut-il.

Pressenti par beaucoup pour rejoindre le club des ‘A’ en 2022, Château Figeac, contacté par la rédaction de Terre de Vins, n’a pas souhaité faire de commentaire.