Coup de tonnerre à Saint-Émilion : les deux Premiers Grands Crus Classés ‘A’ historiques de l’appellation, Château Cheval Blanc et Château Ausone, ont décidé de ne pas déposer de dossier de candidature au prochain classement, qui doit voir le jour en 2022.

Alors que les dossiers de candidatures devaient être déposés le 30 juin dernier, deux ont manqué à l’appel, et non des moindres : Château Cheval Blanc et Château Ausone, qui étaient classés Premiers Grands Crus Classés ‘A’ depuis la genèse du classement de Saint-Émilion en 1954, ont décidé de ne pas se représenter, et donc de se retirer de la course. Il s’agit d’une déflagration de grande magnitude pour le classement, dont le précédent fait encore face à certains remous et dont la prochaine mouture est particulièrement attendue au tournant.

Pour Pierre Lurton et Pierre-Olivier Clouet, respectivement directeur et directeur technique de Cheval Blanc, « il s’agit d’une décision lourde pour la maison, mais tout simplement nous ne nous retrouvons pas dans les critères de ce classement. Nous avons envisagé l’éventualité de déposer un dossier. Mais la grille d’évaluation s’éloigne trop de ce qui nous semble fondamental : le terroir, le vin, l’Histoire. D’autres éléments secondaires ont pris trop d’importance dans la note finale ». Conscients que leur retrait va forcément porter un coup important au prestige du classement, les dirigeants de Cheval Blanc précisent ne pas vouloir porter atteinte au travail « de tous les vignerons qui travaillent dur, veulent progresser et ont tout fait pour obtenir le rang de grand cru classé ». Ils souhaitent d’abord « remettre l’église au centre du village sur ce que doivent être les critères d’évaluation d’un grand vin » et entendent « rester les premiers ambassadeurs du vignoble de Saint-Émilion, pour lequel nous avons le plus grand respect. »

La Clotte et Quinault L’Enclos se retirent aussi

Du côté d’Ausone, le discours est identique. Pauline Vauthier, qui dirige la propriété familiale, explique : « nous avions des réserves depuis longtemps sur ce classement, ceux qui connaissent mon père [Alain Vauthier, NDLR] ne seront pas surpris par cette décision, que nous avons longuement mûrie, en famille ». Comme pour Cheval Blanc, le dossier de candidature a même été réalisé, « mais au fur et à mesure que nous avancions, cela perdait tout son sens pour nous. La partie terroir et dégustation occupait une part trop minime par rapport au réceptif ou aux réseaux sociaux ; or pour un vin comme Ausone, elle est fondamentale. Ce classement prévoit que l’on ne doit juger les vins que sur les quinze dernières années, mais c’est sur une durée beaucoup plus longue que l’on se doit de juger les grands vins ».

Dans les deux cas, Cheval Blanc comme Ausone, on se défend que la possible arrivée de nouveaux ‘A’ en 2022 (Pavie et Angélus avaient déjà rejoint le club en 2012) ait motivé cette décision. Par ailleurs, il est certain que lorsqu’il s’agit de deux marques aussi puissantes que « Cheval » ou « Ausone », faisant partie de l’imaginaire collectif des amateurs de vin et figurant parmi les étiquettes les plus prisées au monde, l’enjeu d’un classement est beaucoup moins vital : « mais ce n’est pas pour cela que nous avons décidé de nous retirer », précise Pauline Vauthier. « Ce n’est pas du tout que l’on s’estime au-dessus du classement, ou que l’on n’en a pas besoin, ce serait terriblement prétentieux. C’est seulement que nous ne nous reconnaissons plus dans ses critères ». Cohérents jusqu’au bout, les Vauthier ont également décidé de retirer leur château La Clotte de la course au classement. De la même façon, l’équipe Cheval Blanc n’a pas déposé de candidature pour le château Quinault L’Enclos, également propriété de Bernard Arnault et de la famille Frère.