Accueil Actualités Sur le pont, la première Paulée des vins de Castillon 

Sur le pont, la première Paulée des vins de Castillon 

Table sur le pont et mairie en 1er plan

1ere Paulée de Castillon ©R. Reynier, One Wine Production

Auteur

Laura
Bernaulte

Date

10.07.2024

Partager

Début juillet, les vignerons, la mairie, les commerçants de bouche et acteurs locaux de Castillon-la-Bataille ont uni leurs forces pour faire (re)découvrir, le temps d’un surprenant banquet locavore sur le pont de la ville, leurs beaux produits. Un moment suspendu - à tous les sens du terme - auquel ont participé 400 convives professionnels de la filière vin, dans une ambiance chaleureuse. Flashback.

Sur le pont de Castillon, on y trinque, on y mange, on y danse ! Ce jour-là, Castillon n’avait résolument rien à envier à Avignon en matière de fête et de convivialité. Dans une surprenante et réjouissante photographie, des tables, tout de blanc vêtues, avaient pris place sur le pont de pierre surplombant la Dordogne, pour la première Paulée des Vins de Castillon. Orchestré conjointement par le Syndicat des Vins de Castillon, l’association Castillon Caractères (regroupant dix-neuf domaines) et la mairie de la ville, ce moment a réuni 400 joyeux convives, vignerons, partenaires et invités professionnels (acheteurs, négociants, courtiers, cavistes, restaurateurs, importateurs, journalistes et influenceurs). Après un accueil en fanfare dans les jardins de la Mairie au son de la banda Santa Machete, ils ont pu se délecter d’un dîner concocté à base de produits intégralement fournis par les commerçants castillonnais, en partenariat avec le traiteur MyTerroir, en accord avec les jolis vins rouges d’une quarantaine de vignerons de l’appellation. 

Un bien beau succès

« Dans un contexte difficile, il est bon de se tourner vers l’extérieur pour mettre en lumière notre dynamisme, notre énergie, nos très bons vins et notre savoir-faire », rappelait en ouverture de la Paulée Jean-Christophe Meyrou (Château Le Rey), l’un des instigateurs et chevilles ouvrières de cette opération. Et à lire les sourires sur les visages, l’enthousiasme était à l’évidence au rendez-vous. « Je suis pleinement satisfait qu’un événement d’une telle ampleur se soit déroulé, nous avons surpris tout le monde » commentait le président de l’appellation, Thomas Guibert (château Roquevieille), à l’issue de la soirée. Pour écrire cette réussite, l’appellation de la rive droite a su mettre ses atouts en avant, prenant appui, selon le consultant Stéphane Derenoncourt (président de Castillon Caractères et vigneron du Domaine de l’A) sur « l’énergie de hommes et femmes qui la font vivre et sur son extraordinaire potentiel. »

Une appellation talentueuse

Niché sur quelque 2100 hectares sur le plus grand plateau calcaire de la rive droite, le merlot en cépage star, Castillon s’anime sous l’impulsion des forces-vives de ses 210 vignerons, à la tête d’exploitations aux profils très majoritairement familiaux. Dans un contexte commercial difficile, « pour se différencier, il est primordial d’incarner nos vins par des visages ou par l’histoire qu’ils racontent », insiste Stéphane Derenoncourt. Et ce, d’autant plus que « nous avons vraiment des gueules derrière nos vins, complète Vincent Cruège, directeur d’exploitation des Vignobles Silvio Denz, membre fondateur et actif de Castillon Caractères. Stéphane Derenoncourt, les frères Todeschini et Thienpont, Stephan von Neipperg, François Despagne… Voilà autant de viticulteurs d’origines différentes, à la fois truculents et subtiles, qui, dans un joli melting-pot et assemblage s’engagent à être présents en personne derrière les bouteilles pour promouvoir Castillon ! »

Le dîner concocté à base de produits intégralement fournis par les commerçants castillonnais, en partenariat avec le traiteur MyTerroir, en accord avec les vins rouges d’une quarantaine de vignerons de l’appellation ©R. Reynier - One Wine Production

Une appellation vertueuse

L’autre grande force de Castillon à l’heure où la préoccupation environnementale est sur toutes les lèvres, c’est sa fibre verte. « Dans les plus grands châteaux et chez les plus sérieux, on parle agroforesterie, biodiversité, écosystème, on replante des arbres dans les vignes et des haies, on met des nichoirs pour faire revenir les petits oiseaux. Ce terroir rêvé, basé sur une notion de globalité et d’écologie, c’est déjà le nôtre » , constate Stéphane Derenoncourt. Historiquement comme actuellement, Castillon rime intrinsèquement avec biodiversité. Seuls 30% de l’appellation sont en effet plantés en vignes, le reste étant composé de zones boisées, arborées, prairies, pâturages et cours d’eau. Cet engagement en faveur de la nature est d’ailleurs aujourd’hui ostensiblement manifesté par la haute proportion de 80 % de la superficie couverte par une certification environnementale (avec 69 exploitations en bio, 77 en HVE et 3 en biodynamie).

Des vins à suivre

A partir de ce terroir aux multiples atouts, les vignerons de Castillon ont les cartes en main pour créer « des cuvées sortant des sentiers battus, dans des styles et avec des personnalités affirmées, rimant avec convivialité, fraîcheur et plaisir », expose Thomas Guibert. Pour toutes les envies et budgets, ces nectars castillonnais se déclinent entre « petits vins séducteurs sur le fruit, conviviaux, de consommation rapide, et vins de garde n’ayant rien à envier à nos prestigieux voisins », rappelle Stéphane Derenoncourt.  

Au-delà de la mise à l’honneur des vins rouges, cette soirée hors-normes était aussi l’occasion idéale de lever le voile sur deux chantiers qui mobilisent actuellement les vignerons de Castillon Côtes de Bordeaux, afin de sublimer encore mieux le potentiel de leur appellation. En lien avec l’INAO, un travail est en cours pour faire entrer des vins blancs, « jouissant d’une légitimité historique sur ce territoire », dans le cahier des charges de l’appellation. Il est aussi question de faire renaître une appellation Castillon à part entière, qui permettra aux vignerons de déclarer leurs vins en deux couleurs en Castillon ou Castillon Côtes de Bordeaux, au choix. « Cette appellation Castillon reprendra les grands contours de notre dénomination géographique contrôlée actuelle Castillon Côtes de Bordeaux, en y ajoutant des petites touches de nouveautés qualitatives, ainsi que le blanc », précise Thomas Guibert. 

En attendant la prochaine Paulée

Fort du succès de cette première Paulée, rendue possible grâce à « l’énergie qui anime les différents acteurs et porte un message de confiance et d’espoir » selon Stéphane Derenoncourt, les vignerons de l’appellation comptent bien réitérer ce rendez-vous pour l’inscrire au calendrier de la ville. Il rejoindra ainsi d’autres incontournables qui font vibrer ce territoire, comme La Bataille de Castillon, célébrant chaque été la victoire sur les Anglais, qui a clôturé la Guerre de Cent ans, ou encore les journées portes ouvertes de l’appellation, qui auront lieu cette année comme à l’accoutumée, le premier week-end de septembre

Avec ce dynamisme, « je suis certain que nous sommes armés pour continuer ce joyeux combat et aurons un grand avenir devant nous, assurait, conquérant toujours, le président de Castillon Caractères. Le tout est de le faire savoir ! » Dans cette mission, les vignerons castillonnais peuvent aussi compter sur le soutien de la communauté de communes Castillon-Pujols, présidée par le maire de Castillon Jacques Breillat, qui fait de la promotion viticole locale « un objectif prioritaire. » Parmi les actions engagées en attestant, la préparation d’une route des vins, la concrétisation d’un partenariat avec le mouvement Bordeaux Local et le CIVB, ou encore le lancement d’une étude sur la reconversion viticole et l’émergence de nouvelles filières agricoles.

Articles liés