Le nouveau numéro de « Terre de Vins » arrive cette semaine dans les kiosques. Au sommaire de ce premier numéro de 2022 : François-Xavier Demaison, une enquête sur l’explosion de la vente de vin en ligne, une escale gourmande à Margaux, des rencontres du côté de Saint-Émilion, un dossier sur les formations du vin, et bien d’autres surprises.

« Prenez de l’altitude », est-il écrit sur la couverture du n°75 de « Terre de Vins ». Prendre de l’altitude, prendre de la hauteur, c’est le fil conducteur de ce premier numéro de l’année qui, comme toujours, nous invite à explorer le vignoble français – et un peu au-delà. Prendre de la hauteur, sur les planches et dans le Roussillon, avec le comédien François-Xavier Demaison, qui dévoile son nouveau spectacle « Di(x)vin(s) » et parle avec passion de son domaine Mirmanda en vallée de l’Agly (Pyrénées Orientales). Convoiter les hauteurs d’un business florissant avec l’explosion du e-commerce du vin, comme le démontre une enquête sur les effets « vertueux » de la pandémie de Covid-19 sur les achats de vin en ligne. Se délecter des hauteurs de la belle cuisine aquitaine du chef rochelais Grégory Coutanceau, qui a posé ses casseroles au château Marquis de Terme à Margaux. Viser les hauteurs du classement de Saint-Émilion, avec Nicolas Thienpont, l’homme à la tête des châteaux Pavie-Macquin et Larcis-Ducasse, qui s’est prêté au jeu de l’entretien « sur le divin » ; mais aussi avec Château Montlabert, propriété de la famille Castel qui ambitionne d’intégrer le classement en septembre prochain. Arpenter les hauteurs, enfin, des beaux terroirs d’altitude du Languedoc, situés à 200 mètres et plus au-dessus du niveau de la mer : ils constituent le cœur du dossier dégustation de ce numéro.

Beaumes-de-Venise, Slovénie et dossier formations

De hauteur – géographique ou symbolique – il est aussi question avec la famille Mousset-Barrot, qui produit de grands vins depuis plusieurs générations à Châteauneuf-du-Pape. Avec l’ingénieur agronome et économiste Jean-Marc Touzard, qui nous parle de la façon dont la vigne s’adapte au changement climatique. Avec le vigneron et docteur en géologie Gilles Monier, qui a replanté de la vigne sur les terrasses du Cantal. Avec les beaux terroirs de Beaumes-de-Venise, au pied des Dentelles de Montmirail dans le Vaucluse, qui font l’objet d’une douce escapade entre vin rouge et vin doux naturel. Avec un dossier spécial consacré au dynamisme des coopératives françaises – dégustation à l’appui. Avec les vins de Slovénie, qui connaissent un renouveau spectaculaire. Mais aussi avec les pépites de Bugey, de Bandol (très belle verticale du domaine de La Bégude), de Lirac, de Banyuls, et même des Côtes du Couchois en Bourgogne, qui se dénichent au détour des pages de ce numéro. De hauteur, d’exigence, d’ambition, il est enfin question dans le traditionnel dossier dédié aux formations du vin, que l’on retrouve chaque année en janvier. Pour toutes celles et ceux qui veulent rejoindre la filière, ce dossier est une mine d’informations incontournables.

« Terre de Vins » n°75, 132 pages, 6 euros.
Abonnements sur abonnement.terredevins.com
Lire le numéro en version numérique sur kiosque.terredevins.com