Vignoble de Saint-Nicolas de Bourgueil (photo Stevens Fremont).
Vignoble de Saint-Nicolas de Bourgueil (photo Stevens Fremont).

En 2020, le Val de Loire célèbre 20 ans d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial de l’UNESCO au titre des paysages culturels évolutifs et vivants. Le vignoble y occupe une place d’honneur.

Dès 1981, le château de Chambord avait été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial de l’Unesco sur le seul critère de la qualité de son patrimoine architectural. Il aura fallu attendre dix-neuf années pour que l’ensemble du Val de Loire rejoigne la prestigieuse liste en l’an 2000, sur la base de trois des dix critères de sélection reconnus par l’UNESCO : l’architecture de nouveau, les paysages et monuments culturels illustrant des périodes historiques, en l’occurrence les idéaux de la Renaissance et du siècle des Lumières, et bien sûr l’illustration du développement harmonieux d’interactions entre les hommes et leur environnement sur plus de deux mille ans. En 2020, le vignoble du Val de Loire se réjouit de célébrer les premières 20 années de reconnaissance UNESCO.

Une année de festivités

La Mission Val de Loire avait prévu des événements tout au long de l’année 2020. Quelques-uns ont été mis à mal par la Covid-19, comme les dégustations de paysages prévues par l’expert en plantes et vignes Jean-Michel Durivault. Il devait faire déguster son vermouth de Loire, qui parfume un vin issu du cépage caractéristique chenin blanc avec des plantes comestibles locales. L’expérience est reportée d’un an, mais la fin de l’été et l’automne seront riches d’animations unissant le vignoble et “sa” Loire. La Mission est partenaire du traditionnel VVR – Vignes-Vins-Randos qui a lieu chaque premier week-end de Septembre. Les 5 et 6 septembre 2020, cette populaire manifestation invitera de nouveau amateurs de vins, gourmands et promeneurs à se retrouver entre les rangs de vignes et sur les sentiers qui les bordent pour une journée joyeuse et conviviale. La randonnée de l’AOC Touraine-Mesland (Loir & Cher) s’enrichira d’une “lecture de paysage” qui montrera par le menu comment la culture de la vigne a façonné l’environnement. Elle aura lieu le samedi 5 septembre au départ d’Onzain, en face du Château de Chaumont et de son Festival des Jardins.
En octobre ouvrira au château de Tours (Indre & Loire) une exposition des photographies de l’angevin Jean-Yves Bardin, connu pour ses trognes de vignes comme pour ses têtes de vignerons. On découvrira aussi, en partenariat avec les Promenades photographiques de Vendôme (Loir & Cher) le regard neuf porté par de jeunes photographes sur la relation entre monuments, territoire et habitants du Val de Loire.

Deux millénaires de vigne et de vin

Le fleuve Loire et son vignoble sont unis par un lien béni des dieux et des rois. Leur histoire s’aligne le long des 800 km de la vallée de la Loire. Auprès des châteaux comme Chenonceau, Chambord, Amboise ou Chinon, les vignes constituent des éléments essentiels du paysage patrimonial. La Loire demeura le moyen de transport principal vers Paris et les pays du nord jusqu’à la naissance du chemin de fer. Ses rivages de tuffeau furent creusés pour extraire la pierre calcaire qui édifia les châteaux et fournit un lieu d’élevage idéal pour le vin. L’histoire de la Loire et de ses vins se confond avec l’Histoire de France sur deux mille ans : le Pays Nantais fut planté dès la période romaine, bien avant que la viticulture ne se généralise au 5è siècle et poursuive son développement entre le 9è et le 12è siècle grâce aux monastères.

Vu par l’UNESCO, le Val de Loire couvre la partie du fleuve située entre Chalonnes-sur-Loire (Maine & Loire) aux portes d’Angers jusqu’à Sully-sur-Loire (Loiret), en amont d’Orléans. Le cœur du vignoble s’y trouve, mais il n’est pas interdit de pousser vers l’ouest jusqu’à l’Atlantique pour y déguster flacons et paysages de Muscadet.

www.valdeloire.org