(photo : Shutterstock)
(photo : Shutterstock)

C’est le top départ des vendanges pour les futurs vins blancs du Médoc qui connaissent chaque nouvelle année une demande toujours plus forte. Au château Lynch-Bages, le premier coup de sécateur se fera demain, jeudi 9, avec un retard de 10 jours par rapport à l’an passé.

Dans ce coin de Pauillac, sur les 7 hectares de vignes pour le blanc du domaine, on commence par les jeunes sauvignons, puis la muscadelle, les vieux sauvignons et enfin les sémillons. « Ça se présente bien, l’état sanitaire est très correct malgré les pressions de mildiou, on se dirige vers des degrés pas très élevés, c’est-à-dire des vins avec de la fraîcheur et de la tension, on va bâtonner par la suite, l’élevage travaillera les vins pour gagner en rondeur », explique le directeur technique Nicolas Labenne. Au château Lynch-Bages, le millésime 2021 pourrait regarder vers les sauvignons de Sancerre.
Non loin, au château Talbot, débuteront les hostilités en début de semaine prochaine pour aller chercher un style plus riche, plus aromatique. Comme partout, la saison fut compliquée mais, là aussi, il n’y a pas d’impact notable du mildiou. « Je crois que c’est une chance de ne pas être en bio, nous avons été épargnés grâce à ça. 2021 semble rappeler 2014 en termes de millésimes, mais en fait on a un retournement de météo plus tardif en 2014, on a eu en 2021 un joli cycle depuis début août », précise Jean-Michel Laporte, le directeur du château Talbot qui compte 5 hectares de sauvignons blancs, gris et du sémillon. Pour la cuvée Le Caillou, les équipes du château Talbot aime aller chercher les maturités. Ainsi, le top départ est pour lundi ou mardi prochain. C’est le timing également choisi du côté de Saint-Seurin-de-Cadourne, au château Doyac, le fameux Cru Bourgeois Supérieur avec sa cuvée de blanc Le Pélican. Des dégustations de raisins à la vigne viennent d’être effectuées et la décision a été prise par la famille de Pourtalès de décaler les vendanges à lundi prochain. « C’est encore assez acide mais au niveau aromatique, ça se présente très bien, on va commencer par les parties les plus calcaires, notre vigne travaillée en biodynamie a été très peu touché par le mildiou, le sauvignon blanc est resté sain », souligne Clémence de Pourtalès. Ça s’annonce bien pour le troisième millésime blanc du château Doyac. « On sent un réel engouement pour le blanc », ajoute Clémence.