Hier soir, en marge du Salon des vins de Loire, le château Soucherie, domaine angevin de 28 ha, accueillait une grande soirée de dégustation autour de ses vins et de leur mariage avec des charcuteries et fromages d’exception. En présence d’Olivier Poussier, meilleur sommelier du monde 2000.

La diversité de style des vins de Loire permet de nombreuses explorations autour des accords mets et vins. Une poignée d’amateurs a pu en avoir une brillante démonstration hier soir, au château Soucherie, en marge du Salon des vins de Loire qui se tient à Angers du 2 au 4 février. Ce vignoble de 28 hectares, qui produit des vins en appellations Anjou, Savennières, Coteaux du Layon et Chaume, est la propriété de Pascale et Roger-François Béguinot. Il est propulsé depuis 2008 par le savoir-faire de son directeur technique Thibaud Boudignon (lequel s’est parallèlement installé à son compte en 2009 et produit des chenins à découvrir absolument, avis aux amateurs).

Dans les caves du château Soucherie se déroulait donc une grande dégustation des vins du domaine, animée par Olivier Poussier, meilleur sommelier du monde 2000. Cette dégustation s’articulait autour des accords avec des charcuteries et fromages d’exception : pour l’occasion, le grand affineur alsacien Bernard Antony et le virtuose Jean-Michel Bannwart, Meilleur Ouvrier de France en charcuterie (1996) collaborant notamment avec le chef Yannick Alléno, ont pu faire une démonstration de leur expertise. Olivier Poussier en a profité pour rappeler quelques fondamentaux des accords mets et vins – en particulier le fait que, n’en déplaise aux traditions, c’est bien avec les blancs que la plupart des fromages sont sublimés, le saint-nectaire présentant une rare exception. De la même façon, si les vins rouges peuvent se marier harmonieusement avec de belles charcuteries, c’est avec les blancs, encore une fois, que les produits les plus gras comme les rillettes s’accordent le mieux.

Parmi les plus jolis accords de la soirée, mentionnons notamment l’élégant savennières 2008 du château Soucherie, tout en onctuosité retenue, parfait sur un boudin blanc truffé ou un munster parfaitement afiné ; ou encore le chaume 2011, dont la sucrosité équilibrée faisait merveille sur des fromages à pâte persillée (fourme d’Ambert, roquefort artisanal, bleu de Termignon…) La cuvée Rouge Carmen 2013, gourmande et sans tannins prégnants, se mariait magnifiquement avec un saucisson chaud ou avec une tranche de saint-nectaire. En somme, un beau moment de gastronomie à la française autour de produits nobles et de vins fins, qu’ont pu apprécier quelques vignerons venus en voisin, comme Alphonse Mellot, le magicien de Sancerre, qui avait pour l’occasion apporté un magnum de sa cuvée Génération XIX. Un régal qui prouve une fois de plus que dans la Loire, l’excellence peut se dénicher derrière chaque bouteille.

Mathieu Doumenge

soucherisavennieres