Ils sont revenus à Paris les vignerons du Roussillon, qui n’avaient pas tenu salon depuis 10 ans dans la capitale. Une cinquantaine de producteurs de Côtes du Roussillon, Côtes du Roussillon Villages et Aspres et Maury sec ont donc présenté au Pavillon Dauphine leurs vins tranquilles (sans les vins doux naturels) aux cavistes et restaurateurs.

Les rosés ont la cote aussi en Roussillon. Il faut rappeler que la région Languedoc-Roussillon dans son ensemble est le premier producteur de rosés avec 2, 24 M hl, notamment en IGP Pays d’Oc, en AOP Languedoc mais également en appellation Côtes du Roussillon qui a pris ce virage depuis une dizaine d’années. Le Roussillon en produit désormais 100 000 hl, « du rosé soutenu, souvent à base de grenache ou de syrah, au rosé de cinsault, plus clair et donc plus tendance, reconnaît volontiers Gérard Sanson, directeur du comité interprofessionnel des vins du Roussillon (CIVR). La progression de la couleur est due aussi à l’augmentation de l’équipement des caves en techniques de froid ». Ces rosés, issus d’une grande variété de cépages (cinsault, grenache, syrah, carignan, mourvèdre…) représentent aujourd’hui près de 40% des côtes du Roussillon et des collioures (ces derniers étant passés en AOP en 1991). Des vins aux arômes de fruits rouges et aux notes florales, un peu plus minérales en Collioure, et « qui se vendent vite et de plus en plus toute l’année » précise Fabrice Rieu, président du CIVR. A goûter, les collioures rosés de la cave de l’Etoile (Cuvée les Toiles Fauves 2014 en syrah-grenache noir) et de Terre des Templiers (cuvée de la Salette 2014, à base de grenache noir, syrah et mourvèdre) ou encore l’élégant côtes-du-Roussillon Miraflors 2014 du domaine Lafage, à base de grenache gris et mourvèdre légèrement passés en barriques.

Maurys secs à succès

Autres stars du salon, les maurys secs remportent un joli succès depuis l’obtention de l’AOP en 2011 pour les vins secs (voir la rubrique Pépites de “Terre de Vins” 31, septembre/octobre 2014). « Ils affichent une vraie typicité, celle du grenache poussant sur des schistes et des marnes noirs cernés par la garrigue, ce qui leur donne ces notes de fruits noirs bien mûrs, de cerises et de réglisse avec l’âge », commente Aurélie Pereira, la jeune présidente de l’appellation. Produits uniquement en rouge sur quatre communes au nord-ouest de Perpignan (Maury, Tautavel, Saint-Paul-de-Fenouillet et Rasiguières), ils sont issus d’un assemblage d’au moins deux cépages, le grenache majoritaire (60 à 80%) complétés par le carignan, le mourvèdre, la syrah ou le très local lladoner pelut. De nombreux producteurs en ont fait une cuvée supplémentaire, une quinzaine n’élaborent plus que du maury sec. Parmi les cuves emblématiques, la cuvée Nature de Schiste des Vignerons de Maury ou la Coume Marie de La Préceptorie, à déguster avec une viande grillée, de l’agneau rôti ou une belle assiette de charcuteries.

Frédérique Hermine

rosés roussillon©FHermine