Chaque vendredi, jusqu’à la fin de l’année, découvrez certains coups de cœur de la rédaction, issus de notre dossier « Vins de fêtes », à retrouver dans Terre de vins n°62 actuellement en kiosque.
Des rouges, des blancs, de Bordeaux, de la Loire, du Languedoc… Des bouteilles pour toutes les bourses, garanties 100% plaisir pour vos repas de fin d’année !
Et n’oubliez pas, le lundi, c’est le champagne que nous mettons à l’honneur. Bonnes fêtes !

Château Marquis de Terme 2012
4ème GCC 1855
Margaux Rouge
45 €
Voilà un millésime que l’on peut déboucher sans retenue pour les fêtes. 2012 est déjà ouvert, offrant beaucoup de plaisir, d’accessibilité, de fruité. À ce titre, le Grand cru classé 1855 de Margaux, château Marquis de Terme, remplit toutes les cases. Le nez sur la cerise et la groseille est envoûtant. L’attaque est ample et généreuse sans être diluée. Il y a de la nervosité, de la fraîcheur et du soyeux dans l’architecture tannique. C’est toujours la grosse cerise noire qui mène la danse pour un assemblage de 55% de cabernet sauvignon, 40% de superbes merlots et 5% de petit verdot… Le sévère tri au chai suite aux vendanges a porté ses fruits. JCC
Avec des ravioles de Royans à la truffe.


Domaine Boucabeille – Rêve d’Amour 2017 (AB Sans sulfites ajoutés)

IGP Côtes Catalanes Blanc
18 €
En bio depuis 2008, Jean Boucabeille produit notamment trois cuvées sans sulfites, les Expériences de Boucabeille. D’abord, Améthyste (16 €), grenache sur schiste, tout pivoine et framboise et le Bon Sauvage (16 €), vin spontané, fermenté par des levures indigènes avec un caractère bien trempé et un fruit noir entre mûre et tapenade. Enfin, ce merveilleux Rêve d’Amour, issu de grenache blanc très fin sur la verveine, la marguerite et la fleur de tilleul, extrêmement net et frais. Profond et long en bouche, il mêle le caractère enrobant du grenache à une tension très racée. AS
Sur une lotte à l’armoricaine.

La Calmette – Tres Potz 2017 (AB)
Cahors Rouge
14 €
Nicolas Fernandez et Maya Sallée, sur le causse de Trespoux-Rassiels qui surplombe Cahors, ne sont installés que depuis 2015, mais semblent maîtriser leurs terroirs depuis toujours. Opérant désormais sur 7 hectares, ils signent avec talent cette cuvée communale de malbec issue de trois sols distincts : calcaire kimméridgien, de marne et d’argiles rouges profondes. « Tres potz » faisant référence aux « trois sources », véritable trésor sur les sols caillouteux et pentus des causses du Lot. Pour un jus dense, concentré, emprunt d’une très grande finesse et fraîcheur. Magnifique. LG
Pour un risotto truffe et sauge.

Nos vins de fêtes du vendredi 29 novembre