Terre de vins n°65 est arrivé dans les kiosques et avec lui son grand dossier Primeurs 2019 et ses 390 vins notés et commentés. Parmi eux, 30 coups de cœur qui ont tapé dans le palais de nos dégustateurs et que nous égrainons sur terredevins.com tout au long du mois de juillet. Pour commencer, direction la rive gauche, avec Saint-Julien et Margaux.

Château du Glana
Saint-Julien
93-94
Ce qui le distingue lors de la dégustation, c’est un élevage d’un raffinement absolu. Il a toutes les caractéristiques du millésime : concentration, maturité, mais aussi un bel équilibre sur une trame acidulée, des tanins très fins. Le tout forme une bouche savoureuse, dense et fluide. Le travail du fût semble entourer le vin d’une étoffe de soie épaisse, parfumée de café et d’encens. Ne l’oublions pas en livrable.

Château Léoville-Barton
Saint-Julien – 2ème GCC 1855
96
Le nez met un peu de temps pour s’ouvrir, des notes sanguines et de moka viennent sagement s’installer. En bouche, l’attaque est très franche, elle porte une tension qui excite les tanins, multiples autant que délicats. C’est un vin sur la pureté et sur l’équilibre parfait entre la sucrosité qui donne du plaisir et l’acidité qui rappelle la tension des grands vins du Médoc. La famille Barton a pensé ce 2019 pour qu’il soit très agréable dans sa jeunesse et doté, comme à son habitude, d’un grand potentiel de garde. C’est une très belle affaire !

Château Léoville-Poyferré
Saint-Julien – 2ème GCC 1855
96-97
Le nez est d’une grande délicatesse, nous baladant de la lavande à la cerise noire, de la griotte à des notes crayeuses. On joue dans la cour des plus grands. L’attaque est franche, orgueilleuse de fruits noirs, la cerise noire éclate en bouche, c’est du haut-vol, une boule de fraîcheur. Densité et précision, désir et volupté. Léoville Poyferré suggère un grand vin de garde. C’est le résultat d’un travail sur la matière qui commence au vignoble et ce soucie au chai de ne viser que la pureté. Très jolie sortie !

Château Brane-Cantenac
Margaux – 2ème GCC 1855
97
Le nez est très fin, envoûtant, typiquement médocain, parangon de ces vins fins qui naissent sur ces sols de graves. Le cassis saute en bouche, c’est un régal. Tout est en tension, en finesse, les tanins sont multiples et suaves. On ne parle plus d’arômes, mais de bouquet. C’est un vin d’une exceptionnelle précision. Le pari de la pureté et de la dentelle tellement relevé à Brane-Cantenac devient un cas d’école sur ce 2019. Un vrai coup de cœur qu’il nous tarde de déguster dans 5 ans, 10 ans, 15 ans…

Château Lascombes
Margaux – 2ème GCC 1855
97
Le rubis est éclatant. Le nez promet de la suavité, de l’onctuosité. Nous sommes dans un vin d’architecte, la matière, le touché, les lignes sont parfaitement maîtrisés. Aucun excès d’arômes, c’est fondu, de la bigarreau à la vanille, du chocolat au lait à la framboise écrasée. Lascombes sort un très beau 2019, ce second Grand Cru Classé est un récidiviste. On sait faire du vin sur des volumes conséquents dans ce coin de Margaux que le monde envie.

Une sélection de Sylvie Tonnaire et Jean-Charles Chapuzet.