Qu’allons-nous boire à Noël ? Cette question, en œnophile prévoyant, vous vous la posez certainement déjà. Laissez-nous y répondre pour vous avec notre grand dossier Vins de fêtes, à retrouver dans le dernier numéro de Terre de vins (actuellement en kiosque). 200 vins (en attendant nos champagnes préférés en décembre) recommandés par nos dégustateurs pour accompagner aux mieux votre menu de Noël. Nous vous en proposons ici un avant-goût en 4 épisodes. Troisième épisode : nos coups de cœur à plus de 70 €.

Château Bélair-Monange 2015
Premier Grand Cru Classé de Saint-Émilion (rouge)
180 €

Perché sur un terroir majeur de Saint-Émilion, Belair Monange ne cesse de gravir l’échelle qui mène du Purgatoire au Paradis. La famille Moueix, qui fit l’acquisition en 2008 du vignoble de Bélair avant de le fusionner en 2012 avec celui de Magdelaine, nourrit de grandes ambitions pour ce Premier Grand Cru Classé. Nez d’encens, de fruit noir camphré et de pierre chaude, bouche tendue sur une matière svelte et dynamique, articulée autour d’une minéralité saillante, sertie de tanins finement sculptés. Ce vin de terroir est bien sûr en pleine jeunesse mais sous sa fougue se dessine une gourmandise enthousiasmante. À carafer plusieurs heures avant service.
• Une sauce de veau aux cèpes.
Mathieu Doumenge

Domaine de la Vougeraie – Clos Blanc de Vougeot 2019 (AB)
Vougeot 1er cru (blanc)
100 €

En 1110, les premiers moines de Cîteaux exploitaient déjà ce « triangle d’or », parcelle de trois hectares de blanc isolée au pays du Clos Vougeot et autres pinots noirs. Jamais démembré, le monopole devient la cuvée emblématique de la Vougeraie, qui le cajole comme son enfant. Ses chardonnays, vendangés en plusieurs fois au gré des maturités, côtoient 4 à 5 % de pinot beurot, cépage oublié apportant de l’onctuosité. En résulte un nectar doré aux arômes de fruits du verger juteux, et à la trame intensément saline. Fleurs blanches et amandes fraîches complètent ce profil élancé, celui d’un grand blanc de Bourgogne.
• Quenelles de brochet.
Clément L’hôte

Château Lagrange 2006
3ème GCC 1855
Saint-Julien (rouge)
70 €

Les grands vins de garde révèlent toute la magie des grands terroirs girondins avec leurs vins d’assemblage. Preuve en est une fois de plus ce saint-julien d’une quinzaine d’années que le temps a rendu sublime. Sublime par sa complexité, ses nuances et cette unicité que seul le temps permet. Le nez prévient de cette profondeur sur des notes de cuir et d’épices douces. L’attaque est suave, fidèle à la signature Lagrange, dans l’onctuosité. La fraîcheur porte ce vin en longueur sur des notes de noyau de cerise pour une finale saline. C’est grand d’émotion.
• Carré de veau et petits pois, lardons.
Jean-Charles Chapuzet