Le numéro de janvier-février de Terre de Vins, qui sort en kiosque cette semaine, présente une sélection de très belles cuvées en Duché d’Uzès. Cette petite appellation gardoise, reconnue en 2013, est un nid de pépites à prix incroyable. En prime, elle partage son terroir avec le diamant noir.

Le troisième week-end de janvier était traditionnellement le grand rendez-vous des amoureux de tuber melanosporum dans l’adorable cité d’Uzès : un grand marché puis une “Nuit” de la truffe organisée par les vignerons, à savoir un diner d’exception, concocté par un chef étoilé, où quelques 250 convives venus des quatre coins de l’Hexagone et de l’Europe, pouvaient sacrifier à leur amour du mystérieux tubercule et à ses accords avec les vins du cru.

En 2021, le grand banquet passe son tour, mais ce n’est que partie remise. Pour néanmoins satisfaire les gourmets et les œnophiles, trufficulteurs et vignerons donnent rendez vous le 31 janvier sur la place aux herbes d’Uzès où se tient par ailleurs chaque samedi un fameux marché de plein air.

Au milieu des stands où le champignon s’acquiert à l’unité, les vignerons feront déguster des cuvées qui valent le détour. Sur ces terroirs frais à la géologie riche, syrah pour les rouges, viognier pour les blancs, souvent majoritaires dans les assemblages avec un profil rhodanien regardant vers le nord, offrent des équilibres étonnants, un potentiel de garde réel et un rapport qualité prix plaisir bluffant.

En plus de la sélection du magazine, quelques cuvées à retrouver sur place :

En blanc
– Domaine de l’Orviel (8,50 € le 2018) au bouquet de fleurs et de fruits blancs, au palais ample et frais
– La cuvée Duché de la cave de Durfort (6,20 € le 2019), vraiment un très joli vin à l’équilibre haut, gracieux et délicat
En rouge
– Le millésime 2017 de la Tour de Gâtigne (6,80 €) au nez de truffe et de fruits rouge macérés, aux tanins aériens et à la finale poivrée
– Domaine Reynaud, Les jardins d’Audrey (23 € le 2016), au nez explosif de cuir et de truffe, ourlé d’arômes de pinède, de belle concentration, avec une bouche sapide et une longue finale sur de fins amers.
– Domaine Chabrier, Garrigue d’Aureilhac (8,60 € le 2018), parmi les valeurs sures de l’AOC, ce jeune vin laisse deviner un grand potentiel entre truffe et gibier, sa qualité de tanins est magique, l’équilibre est aérien, rhodanien en diable, une merveille !