On pourrait confondre le brie de Melun avec son cousin le brie de Meaux. Mais le melunais est plus petit, légèrement plus épais et surtout plus fort en goût. Il est aussi l’ancêtre de tous les bries, né il y a un peu plus d’un millénaire… Aujourd’hui, il est fabriqué dans les départements de l’Aube, de la Seine-et-Marne et de l’Yonne. Fromage à pâte molle au lait cru de vache, son odeur comme son goût rappellent la crème de châtaigne, la noisette grillée, la pierre à fusil, les champignons crus, auquel s’ajoute un caractère qui oscille entre animal (poil de vache) et végétal (sous-bois). Le brie de Melun bénéficie d’une AOC depuis 1980 et d’une AOP depuis 2009. Notre spécialiste fromage, Marc Vanhellemont, nous proposait dans Terre de vins n°65 trois cuvées pour l’accompagner dignement et goulûment.

Domaine Fleith
Brut Nature (27,80 €)
Crémant d’Alsace

Or pâle irisé de nacre, il percute le nez avec ses effluves grillés de croûte de pain tartiné de pâte d’amande à l’abricot. Sa bouche a la fraîcheur intense des agrumes, des poires juteuses. Le couple se forme. Sans attendre, ils savourent sur un plancher minéral leurs saveurs à la fois amères et sucrées, salées et acidulées, gage de la pérennité de l’alliance. Long en bouche, le duo reste bien présent, dansant sur les papilles avec des exhalaisons de cacao, de torréfaction, de pierre à fusil, de poire tapée, d’abricot sec. Un régal.
Site internet

Domaine Guilhem et Jean-Hugues Goisot
Le Court Vit 2017 (14,80 €)
Bourgogne Côtes d’Auxerre

Doré vert, floral, il rappelle la camomille romaine et les fougères. Quelques fruits blancs relevés d’une pointe d’anis viennent se joindre au bouquet. Le fromage bien onctueux se voit déshabillé par le vin et réciproquement. Naissent au palais des notes de céleri sec, de bouillon cube, de réglisse et de chocolat blanc, témoins de la fusion du brie et du chardonnay. Il y a aussi des notes animales, comme une impression de grain de peau sur la langue.
Site internet

Domaine des Carabiniers
Tavel 2018 (12,60 €)

Rose intense légèrement carmin, au nez bien épicé qui relève les fragrances fruitées : framboise, groseille et fraise se parfument de thym et de sauge, se soulignent de genévrier. Mais c’est avant tout la fraîcheur du Rhodanien qui séduit le melunais. Ces deux caractères forts oublient la puissance au profit du raffinement, de la subtilité. Les fruits se confisent, se poudrent d’épices orientales, offrent la suavité des biscuits miellés. Un bonheur rare.
Site internet