Fidèle au rendez-vous, l’association réunissant dix viticulteurs de la prestigieuse appellation de la rive droite prendra à nouveau ses quartiers dans les étages du restaurant le Gabriel, place de la Bourse à Bordeaux, les 9 et 10 décembre prochains.

Château Beauregard, château Clinet, château Gazin, château La Conseillante, château La Pointe, château Mazeyres, château Nenin, château Rouget, château Vieux Maillet, clos du Clocher. Cette année encore, les dix propriétés membres de l’association « Pomerol Séduction » viennent ensemble à la rencontre des amateurs pour faire découvrir leurs crus haute-couture les samedi 9 et dimanche 10 décembre, dans l’écrin du restaurant « Le Gabriel ». Rencontre avec Marielle Cazaux, directrice du château La Conseillante, pour en apprendre plus sur l’association et sa motivation à participer chaque année à « Bordeaux Tasting ».

Pour la troisième année consécutive, « Pomerol Séduction » répond présent à « Bordeaux Tasting ». Pourquoi cette fidélité à l’événement et à « Terre de Vins » ?

On fait tous déguster nos vins en Europe, en Asie, aux États-Unis… Mais il ne faut pas oublier non plus de faire déguster nos vins dans leur bassin d’existence primaire, pour faire découvrir ou redécouvrir Pomerol aux Bordelais. « Bordeaux Tasting » est une manifestation très qualitative. Dès notre première participation, « Terre de Vins » nous a accordé le petit privilège de mettre à l’honneur notre appellation, qui est l’une des plus petites de Bordeaux, grâce à une salle dédiée dans le restaurant « Le Gabriel ». On se sent bien dans ce cadre, on a un public de qualité, des connaisseurs, intéressés et intéressants.

Grâce à cette présence réitérée à « Bordeaux Tasting », estimez-vous que les amateurs connaissent de mieux en mieux « Pomerol Séduction », et plus largement l’appellation Pomerol à chaque édition de l’événement ?
Oui. J’ai remarqué que, même s’il y a évidemment de nouveaux dégustateurs, on revoyait beaucoup les même visages d’une année sur l’autre. On a des fidèles qui sont venus la première année sans forcément connaître Pomerol et qui reviennent, se rappellent de ce qu’ils ont goûté, ont parfois fait une démarche d’achat sur les vins de « Pomerol Séduction ». Le fait d’être présents et d’avoir cette diversité de vignerons, avec cette palette de dix vins, donne un bel aperçu de notre appellation.

Les deux précédentes années, l’ouverture de magnums (du millésime 2005 en 2015, et du millésime 2006 en 2016) avait fait sensation auprès des amateurs. Sera-t-elle à nouveau à l’ordre du jour en cette édition 2017 ?
Oui, on ouvrira des magnums de 2008 en happening samedi et dimanche à 11h. En magnum, on essaie toujours de choisir des millésimes à point, qui commencent à bien se goûter, comme ce 2008, qui a presque dix ans. Les consommateurs adorent ce très beau format, il fait rêver, et c’est un format festif, pour se retrouver autour d’une table de Noël ou Nouvel An. Ça peut donner envie aux gens d’acquérir ce genre de bouteilles.

Un autre millésime commun aux dix propriétés sera proposé à la dégustation en bouteilles. Quel est-il, et que pouvez-vous en dire aux amateurs qui viendront le découvrir ?
Nous déboucherons des bouteilles du millésime 2012. 2008 et 2012 sont deux millésimes assez similaires, des millésimes classiques bordelais, avec beaucoup de tension, du fruit, un très bel équilibre et un bon potentiel de garde, pouvant aller jusqu’à quinze à vingt ans sur les grands pomerols. En 2012, on a un fruit très croquant, un millésime très gourmand. Et le 2008, avec quasiment dix ans d’évolution, commence à révéler ses arômes tertiaires de truffe noire, très typiques de Pomerol, même si le magnum fait moins vieillir que la bouteille.

Pomerol peut peut-être encore sembler élitiste à certains dégustateurs. Est-ce le cas en termes de style et de prix ?
Ce n’est surtout pas le cas en terme de style, car avec la forte proportion de merlot dans nos assemblages, les vins sont accessibles dans leur jeunesse, dès 4-5 ans et même sur les primeurs lors de grands millésimes comme 2016, avec des nez très aromatiques sur la violette, l’iris, la mûre et framboise, une belle sucrosité, une ampleur dans l’attaque de bouche. En terme de prix, « Pomerol Séduction » est là pour montrer qu’il y a tous types de pomerols, avec des vins pour toutes les bourses. Dès une trentaine d’euros on peut déjà s’offrir un grand pomerol, et on peut aussi monter beaucoup plus haut, à une centaine d’euros. Tout dépend de ses moyens, de l’occasion, du cadeau qu’on veut faire… Avec « Pomerol Séduction », en allant à la rencontre de tous les dégustateurs, notamment les jeunes, on essaie de dépoussiérer cette image élitiste. Par exemple, à « Bordeaux Tasting », sur le millésime 2012, les bouteilles seront comprises entre 25 et 120€ (prix particuliers).

Durant tout le mois de décembre, les vins de Pomerol Séduction sont mis à la carte du Gabriel, à la bouteille et au verre.

Un dîner œnologique est également organisé en amont de « Bordeaux Tasting », le 7 décembre, en présence de plusieurs vignerons de « Pomerol Séduction » (réservations auprès du Gabriel, renseignements ici).

RÉSERVEZ VOS PLACES POUR BORDEAUX TASTING 2017