(Photo BIVB / Aurélien IBANEZ)
(Photo BIVB / Aurélien IBANEZ)

Le vignoble de Vézelay avait quasiment disparu à la fin des années 1960. Quand une poignée de vignerons a décidé de le faire revivre… Une démarche couronnée par le classement en appellation village. Les premières bouteilles de la nouvelle AOC seront commercialisées dans quelques semaines.

L’âme vigneronne est vivace. Ou peut-être les vieux pressoirs, les cabanes en pierre sèches et les antiques caves voûtées ont rappelé aux habitants de Vezélay qu’autrefois, sur ces coteaux, la vigne était chez elle.

Il ne subsistait que quelques rangs de vignes dans les années 1960 sur la « colline éternelle » dominée par sa célèbre basilique (classée au patrimoine mondial de l’humanité). Une centaine d’hectares sont aujourd’hui plantés.

Au 19ème siècle il y avait encore 1 000 hectares à Vézelay. Si l’on remonte à l’époque des ducs de Bourgogne, Charles le Téméraire y avait son clos.

Il y a dix ans, les producteurs de Bourgogne Vézelay ont déposé un dossier de classement auprès de l’INAO, concernant les vins blancs. Il vient d’aboutir, soulignant un bon potentiel de développement. L’aire d’appellation couvre 260 hectares sur quatre communes : Vézelay, Asquins, Saint-Père et Tharoiseau. Les vignes, chardonnay uniquement, sont plantées vers 250 mètres d’altitude sur des coteaux orientés au sud/sud-est. Des terroirs à fortes proportion d’argile qui produise des vins aux fruités expressifs et évoquant souvent les agrumes (pamplemousse) en finale. Premier millésime : 2017, avec des bouteilles commercialisées à partir de ce printemps. A découvrir lors des Grands jours de Bourgogne, du 12 au 16 mars !