La commission des Affaires économiques du Sénat a adopté, hier, un amendement reconnaissant le vin comme partie du patrimoine culturel, gastronomique et paysager français. Cet amendement est introduit dans l’examen du projet de loi d’avenir pour l’agriculture.

Il s’agit d’une petite – mais réjouissante – victoire pour tous les défenseurs du patrimoine viti-vinicole en France et tous ceux qui s’inquiètent d’un durcissement des règles vis-à-vis de la communication sur le vin dans notre pays. La commission des Affaires économiques du Sénat a adopté, hier mercredi 19 février, un amendement reconnaissant que « le vin, produit de la vigne, et les terroirs viticoles font partie du patrimoine culturel, gastronomique et paysager de la France ». L’amendement retenu est celui du sénateur (PS) de l’Aude, Roland Courteau, qui a déjà déposé il y a quelques mois une proposition de loi visant à affirmer que le vin fait partie intégrante du patrimoine culturel et gastronomique de notre pays. D’autres sénateurs, comme Gérard César (UMP) de la Gironde, ont également déposé des amendements similaires, qui ont reçu un avis favorable du rapporteur Didier Guillaume (PS).

Concrètement ? Cet amendement va intégrer l’examen du projet de loi d’avenir pour l’agriculture. Adopté en première lecture en janvier, ce projet sera étudié en séance au Sénat ce printemps, après les élections municipales.

Pour en savoir plus, voir le site du Sénat.
Photo : Sud-Ouest.