Ce midi au salon Vinisud, l’AOC Rasteau proposait une animation autour des accords mets et vins. Quatre plats, quatre vins, le tout orchestré par la consultante culinaire Nathalie Merceron. Des idées à picorer ?

Décidément, les vins de Rasteau aiment jouer la carte des accords mets et vins en cette période de Vinisud. Après la truffe sublimée par la cave coopérative d’Ortas, c’est l’ensemble des caves et domaines réunis sous la bannière de l’appellation Rasteau (reconnue AOC en rouge à part entière depuis 2010) qui ont confié la consultante culinaire Nathalie Merceron le soin d’orchestrer une animation autour des accords mets et vins. Une promenade gourmande que la spécialiste des saveurs décrit comme une « Carte du Tendre » inspirée de Mademoiselle Scudéry, femme de lettres du XVIIIème siècle, contemporaine de Madame de Sévigné. Cette Carte du Tendre s’articule autour de trois grandes thématiques :

– La gourmandise, avec un domaine de l’Espigouette « Pas du Meunier » 2011 servi sur une tartelette aux oignons, tomates séchées et herbes de la garrigue. Un accord très solaire sur le vin de Julien Latour, qui à la tête du domaine familial de 40 hectares (deux hectares en Rasteau, en fin de conversion bio), signait là son premier millésime sur l’appellation. 70% grenache, 20% syrah, 10% mourvèdre, vendanges fin octobre, grappes entières vinifiées en cuve béton, élevage de six mois en foudre.

– L’authenticité, avec un domaine Notre Dame des Pallières « Les RIbes » 2010 servi sur une salade de langue de bœuf, pommes de terre et noisettes. Un plat plus rustique qui contraste bien avec la finesse – non exempte de vigueur – du vin de Claude Roux, dont le millésime 2010 se présente toutefois un peu fermé à la dégustation. Le 2011 est plus accessible actuellement. 75% grenache, 15% mourvèdre, 10% syrah, sur un joli terroir d’argiles bleues et brunes se croisant au niveau racinaire, illustrant toute l’originalité des sols de Rasteau.

– La force, avec le Domaine du Grand Nicolet « Les Esqueyrons » 2009, servie sur un magret de canard, chutney rouge et betterave. 50% grenache, 50% syrah, sur des vignes de 70 ans en moyenne, ce vin tout en puissance et en caractère ne se laisse pas dompter par la saveur du magret et la sucrosité de la betterave.

– La patience, enfin, avec le domaine des Escaravailles 2009, in doux naturel ambré servi sur un baba au sirop de cardamome, crémeux à la banane et au caramel. 100% grenache blanc, ce VDN aux arômes d’agrumes confits et de fruits secs se marie à merveille avec la douceur du baba gorgé de sirop. Une péché de gourmandise.

M.D.