Cette rentrée, faites le plein d’oxygène ! “Terre de Vins” et l’association “Bordeaux Oxygène” organisent, le 24 septembre au Hangar Darwin, une grande dégustation réunissant 20 grands vins “nouvelle génération”.

Le mercredi 24 septembre à Bordeaux, de 18h à 21h30, dix-sept grands crus membres de l’association « Bordeaux Oxygène » s’offriront à la dégustation pour un moment rare au cœur de l’ancienne caserne militaire Niel, une friche urbaine réhabilitée dans le cadre d’un vaste projet autour du développement durable. Durant plus de trois heures, vous pourrez ainsi parcourir les plus prestigieuses appellations bordelaises et échanger avec ces jeunes propriétaires qui incarnent à Bordeaux la nouvelle génération.

Mercredi 24 septembre de 18 à 21h30. Hangar Darwin, quartier de la Bastide (dans l’ancienne caserne militaire Niel), 87 quai de Queyries à Bordeaux. Prix : 12 €.

Cliquez pour réserver vos places

La liste des propriétés présentes :
Château Larrivet-Haut Brion, pessac-léognan (Emilie Gervoson) ; Château Tour Mirambeau, bordeaux (Basaline Despagne) ; Château Malartic-Lagravière, pessac-léognan cru classé (Severine et Jean-Jacques Bonnie) ; Château Grand Corbin Manuel, saint-émilion grand cru (Yseult De Gaye-Nony) ; Château Thieuley, bordeaux (Sylvie et Marie Courselle) ; Château La Couspaude, saint-émilion grand cru (Héloise Aubert) ; Château Marsau, bordeaux-côtes de francs (Anne Laurence et Mathieu Chadronnier) ; Château Smith Haut Lafitte, pessac-léognan cru classé (Alice Tourbier) ; Clos des Jacobins, saint-émilion grand cru classé (Magali et Thibault Decoster) ; Clos Dubreuil, saint-émilion grand cru (Benoit Trocard) ; Clos du Clocher, pomerol (Jean Baptise Bourotte) ; Château Lafon Rochet, saint-estèphe, grand cru classé 1855 (Basile Tesseron) ; Château Grand Mayne, saint-émilion grand cru classé (Jean Antoine Nony) ; Château Gloria, saint-julien (Jean Triaud) ; Château Poujeaux, moulis (Matthieu Cuvelier) ; Château Rouget, pomerol ; (Edouard Labruyère) ; Château Doisy-Daene, sauternes, grand cru classé 1855 (Jean-Jacques Dubourdieu).

Propos recueillis par Laura Bernaulte.