Hier soir, sous les lumières de la guinguette « La Belle Saison », rive droite de la Garonne, (Bordeaux), Les Crus Bourgeois du Médoc et Terre de Vins ont accueilli près de 700 amateurs pour une soirée alliant vins, gastronomie et musique. En ce jour de fête de la musique, nous avons demandé à quelques domaines parmi les 74 de cette grande famille médocaine au rendez-vous, et à un sommelier participant à la manifestation, de nous confier quelle chanson leur rappelait leur millésime en dégustation ce soir-là.

Henri Thomas, responsable techniqueChâteau d’Agassac 2019 Cru Bourgeois Exceptionnel Haut-Médoc

« Ce 2019 ressemble à Bohemian Rhapsody de Queen. Il est droit, élégant, fin et parfumé, affirmé, sincère. Il affiche le style Agassac dans toute sa splendeur. C’est une star humble ! »

Le parallèle musical de Benjamin Corenthin, sommelier et caviste mélomane (Joan Lartigau, Le Bouscat)

« Délicat, frais, raffiné,  ce château d’Agassac 2019 a le chic à la française, comme le titre « Mon Soleil » d’Ashley Park (Emilie in Paris) ».

Aurélie Anney, directrice commercialeChâteau Tour des Termes 2018, Cru Bourgeois Supérieur (Saint-Estèphe)

« Ce 2018 m’évoque le titre de Muse « New Born », car c’est mon premier millésime en tant que directrice commerciale à la propriété. C’est un millésime exceptionnel, certainement le plus beau fait par mon père depuis sa première vendange en 1982. Tous les facteurs humains et naturels étaient réunis pour la réussite de ce 2018. Il affiche un potentiel énorme, avec sa couleur très soutenue, sa belle structure tannique. Dans un équilibre parfait, il combine un profil riche et velouté, et une belle fraîcheur amenée par la combinaison de nos sols argilo-calcaires et graves. Il fera date ! »

Le parallèle musical de Benjamin Corenthin, sommelier et caviste mélomane (Joan Lartigau, Le Bouscat)

« Réglissé, presque anisé, ce vin plein de fraîcheur et gourmand en même temps rappelle un titre dansant, exotique, un peu épicé, avec une rythmique sud-américaine, comme  « La Rua Madureira » de Bon Entendeur vs Nino Ferrer. »

Julien Meyre, chef d’entreprise (présent avec deux domaines)Château Cap Léon Veyrin 2018 (Cru Bourgeois Supérieur, Listrac-Médoc)

« Ce millésime est riche, puissant, intense, comme une chanson de hard-rock, très métal, par exemple un titre d’Aerosmith. »

Le parallèle musical de Benjamin Corenthin, sommelier et caviste mélomane (Joan Lartigau, Le Bouscat)

« Complexe, à la fois concentré, avec des tanins puissants, intense, aromatique, mais à la fois élégant, ce vin a tout en même temps. Il arrive en conquérant, comme l’orchestration d’un Carmina Burana. »

Château Bibian 2018 ( Cru Bourgeois Supérieur, Haut-Médoc)

« Un vin souple, avec de la couleur, fin. C’est le bonbon pour un plaisir immédiat, comme un titre de Mika. » (Julien Meyre)

Le parallèle musical de Benjamin Corenthin, sommelier et caviste mélomane (Joan Lartigau, Le Bouscat)

« Un vin festif, jeune, facile, fait pour la fête, qui m’évoque le titre « Never Growing Up », de Mathieu Koss & Aloe Blacc. »

Avec cette première édition de « Good Wines Only », les Crus Bourgeois avaient à cœur de « partager, de façon fun et ludique, leurs valeurs, leur passion et d’apporter de la force à leur marque collective, pas forcément encore très connue du grand public », expliquait Franck Bijon, le président de cette grande famille médocaine. Une mission sans nul doute réussie, à observer les sourires sur les visages des propriétaires et représentants des propriétés, tout comme sur ceux des amateurs, à l’issue de la soirée.

Photos : @Solene Guillaud