La nouvelle équipe à la tête du Synvira, entourant l’emblème de l’Alsace touristique (photos Jean-Marc Hédoin)
La nouvelle équipe à la tête du Synvira, entourant l’emblème de l’Alsace touristique (photos Jean-Marc Hédoin)

Alors que la diffusion de l’épidémie de covid-19 dans la région Grand Est continue de s’aggraver, le président nouvellement élu du Synvira, Syndicat des vignerons indépendants d’Alsace, est sur tous les fronts pour aider ses membres à affronter la crise. Francis Backert a accordé à Terre de Vins quelques instants précieux.

« Le contexte social et économique met une pression qu’on n’a jamais connue » déclare Francis Backert, en reposant son téléphone, qui commence à bouillir après une demi-journée ininterrompue de conversations et conférences. Tout juste élu à la présidence du Synvira le 4 mars, il vient de mettre au point avec son équipe une note de douze pages à l’intention de ses adhérents vignerons. Elle commence par « il est indispensable de vous protéger, de protéger vos proches ainsi que votre personnel ». S’ensuit point par point un vade-mecum destiné à simplifier autant que possible les tâches urgentes du vigneron indépendant face à la crise du Covid 19. Car il est à la fois agriculteur, commerçant et chef d’entreprise.

De la mairie au syndicat

Âgé de 59 ans, Francis Backert est à la tête d’un petit vignoble à Dorlisheim, commune viticole du Bas-Rhin, au sud de Molsheim, à une petite demie heure à l’ouest de Strasbourg. Il succède à Pierre Bernhard, vigneron à Châtenois, qui reste d’ailleurs en bonne place dans l’équipe gouvernante. Vigneron dans l’âme, Francis Backert ne l’est pas de naissance. Il a créé son domaine petit à petit avec sa femme, par passion. Il raccroche cette semaine sa casquette d’adjoint à la mairie de son village pour se donner à fond à la communauté de vignerons qui l’a élu à la quasi unanimité.

Sa première décision en tant que président a été de créer au sein du bureau syndical une cellule d’écoute et de solidarité, confiée au vigneron Claude Weinzorn. Son nom veut dire « colère du vin », mais il va devoir pourtant garder son calme au regard de la situation actuelle. « Je ne pensais pas que la cellule servirait si vite à ce point ! » explique Francis Backert, qui veut centrer son action sur « le vigneron, le vigneron indépendant qui n’est pas assez indépendant économiquement. Plus nous pourrons être solidaires, plus nous pourrons être ambitieux ». Il s’agira de vendre et de vendre au bon prix. Pour l’instant, l’aide est surtout dans l’urgence administrative, les négociations avec les banques et la MSA, la sécurité sociale agricole.

Un projet à Strasbourg

En Alsace, les vignerons indépendants adhérents au Synvira représentent près de 40% de la production alsacienne, dont 70% du total des Grands Crus, et plus de 20% des volumes commercialisés en bouteille. Les 440 adhérents, réunis dans une démarche totalement volontaire sont fiers de représenter la grande majorité des vignerons récoltants alsaciens (plus des deux tiers d’un total de 640), et plus de la moitié des metteurs en marché alsaciens. Parmi les projets qui permettent de rester optimiste, un lieu de promotion et de vente de vins à Strasbourg, la capitale régionale, où l’empreinte du vignoble est trop faible. Un projet ambitieux qu’il faudra juste attendre un peu plus longtemps.

Ci-dessous : le président Francis Backert