(photo Cité des vins)
(photo Cité des vins)

Le Bureau Interprofessionnel des Vins de Bourgogne a tenu son habituelle conférence de presse en marge des Grands Jours en Cave, événement qui se tient actuellement en version « intimiste » dans le vignoble, Covid-19 oblige. Parmi les sujets évoqués : la nomination de Benoît de Charette à la présidence de la Cité des vins et des Climats, qui verra le jour à Beaune, Mâcon et Chablis en 2022.

Tout comme les Grands Jours de Bourgogne (annulés en 2020) ont dû se transformer en « Grands Jours en Cave » plus confidentiels cette semaine pour cause de pandémie de Covid-19, la conférence de presse du Bureau Interprofessionnel des Vins de Bourgogne (BIVB) s’est tenue avec distanciation de rigueur et en version dématérialisée ce mardi près de Beaune. À mi-chemin de la manifestation qui permet aux vignerons de présenter aux professionnels, exclusivement sur rendez-vous, leurs derniers millésimes mis en marché (2019 en vedette, quelquefois 2018, mais aussi 2020 encore en élevage), l’interprofession a tenu son traditionnel point d’étape, se félicitant d’avoir mobilisé 586 caves – domaines, négoces, coopératives – du Chablisien au Mâconnais cette semaine. Un format inédit mais pragmatique, en attendant de renouer avec l’organisation habituelle des Grands Jours, du 21 au 25 mars 2022. « Nous sommes déjà en train d’y travailler ! », s’est enthousiasmé le Président de l’association des Grands Jours de Bourgogne, Raphaël Dubois.

L’export a le sourire

Cette conférence de presse a permis de faire un point de situation sur le marché des vins de Bourgogne, en bonne santé malgré les turbulences de la Covid-19. L’export, notamment, se porte bien : les volumes ont maintenu leur croissance, dépassant le 90 millions d’équivalents bouteilles de 75 cl (+0,8%) tandis que le chiffre d’affaires, malgré une légère baisse (-0,8%), se maintient au-dessus du milliard d’euros. L’annonce de la suspension des taxes a redonné le sourire, les USA étant toujours le premier marché des vins de Bourgogne en valeur. Heureusement, le Royaume-Uni a répondu présent pour compenser la baisse des exportations vers les Etats-Unis, avec des chiffres très positifs (+14,3% en volume, +12% en valeur). Le Japon occupe la troisième place du podium et reste globalement stable, suivi de la Chine et Hong Kong, le Canada, la Belgique, la Suède… Les indicateurs sont très encourageants pour les vins de Bourgogne à l’international. L’autre bonne nouvelle de l’année 2020 est à chercher du côté du e-commerce, qui a bien profité aux vins bourguignons (16% de l’offre totale, seconde position des AOC françaises…)

Un président pour les Cités

La Bourgogne a déjà les yeux tournés vers 2022, pas seulement pour les prochains Grands Jours, mais pour l’inauguration de sa triple Cité des vins et des Climats de Bourgogne qui doit voir le jour à Beaune, Mâcon et Chablis. L’association qui conduit le projet vient de changer de gouvernance en se dotant d’un nouveau président en la personne de Benoît de Charette. Issu d’une famille de vignerons à Dracy-lès-Couchs, il a dirigé la Fédération des Négociants-Eleveurs de Grande Bourgogne (FNEB) et a occupé la direction générale de la maison Albert Bichot pendant 30 ans. Il a également occupé de hautes responsabilités au BIVB, à la CCI de Beaune, à la CCI régionale, et s’est fortement impliqué dans la candidature des Climats de Bourgogne au Patrimoine mondial de l’Unesco. Benoît de Charette a donc le parfait profil pour accompagner la naissance de cet ambitieux projet dirigé par Olivier Le Roy. Tandis que la première pierre de la Cité de Beaune a été posée il y a quelques jours, les travaux de la Cité de Mâcon devraient commencer en avril, tandis que ceux de Chablis commenceront cet été. Les trois projets, qui présenteront des architectures différentes, verront leurs contenus produits à partir de l’été 2021. Une ouverture des trois cités est envisagée « à partir de l’été 2022 ».