(photo : Emmanuel Perrin)
(photo : Emmanuel Perrin)

Terre nourricière grâce à la domestication du Rhône, la Camargue est une terre d’élevage et de culture aux paysages hors du commun. Dotée d’un terroir singulier et méconnu, elle donne naissance à des vins dessinés à son image, tels les rosés gris de l’IGP Sable-de-Camargue et les rouges en IGP Bouches-du-Rhône Terre-de-Camargue et de l’IGP Méditerranée. Quatrième étape (sur six) de notre escapade en Camargue : le domaine Attilon.

Enfant, Brice de Roux (deuxième en partant de la droite sur la photo ci-dessus) avait pour terrain de jeu les 40 hectares de bois qui entourent le vignoble du domaine Attilon. Il lui suffisait d’emprunter le sentier jouxtant la propriété pour pénétrer dans cette forêt habitée par d’imposants chênes verts. À son extrémité, elle plonge à pic dans le Rhône dont les eaux houleuses surgissent à la vue dans une apparition surréaliste. « Sans le fleuve, il n’y aurait pas de vie en Camargue, sourit le vigneron en embrassant le paysage du regard. Lorsque cette vie nous traverse, tout est possible. » Attilon en est l’exemple. « Il y a quelques siècles, les gens vivaient ici en autarcie, observe Renaud de Roux, le père de Brice, qui a racheté le domaine avec Odile, son épouse, en 1968. Ils produisaient tout ce qui était nécessaire à leurs besoins. » L’écurie et la bergerie, depuis transformées en cave, sont autant de traces de ce passé.

Parmi les pionnières de la viticulture en Camargue, la famille de Roux est aussi l’une des premières à s’être converties au bio en 1983. Autant par souci de préserver la biodiversité présente sur l’exploitation que d’exalter ce précieux terroir où coule l’empreinte du Rhône. Aux côtés des traditionnels grenache, syrah, merlot, cinsault, cabernet-sauvignon… Renaud et Odile ont aussi très tôt implanté du caladoc, croisement entre le grenache et le malbec, et du marselan, fruit de l’union entre le grenache et le cabernet-sauvignon. Deux cépages aujourd’hui à la mode dans le sud de la France. Revenu aux sources pour reprendre les rênes du domaine, Brice dévoile son ambition : faire vivre dans les vins qu’il cultive l’esprit d’Attilon. Pari réussi avec la cuvée L’Audacieux 2015 (13,50 €), mariage de deux cépages que tout oppose, le marselan et le pinot noir. À la fois frêle et puissante, elle confine au raffinement avec ses notes florales et sa longueur. On lui associe un navarin d’agneau de La Crau aux légumes de printemps.
À retenir également en IGP Bouches-du-Rhône Terre de Camargue, le 100 % chardonnay et le rosé 2017 (9 €) de la gamme Ambition. Bonne nouvelle, un caveau de dégustation va ouvrir ses portes en 2019 pour profiter pleinement de la magie du lieu.

13104 ARLES
04 90 98 70 04 – Site internet

Ce portrait est extrait du Terre de vins N°53 de mai/juin