Le Syndicat général des vignerons (SGV) a organisé une grande collecte pour le personnel soignant. Au total ce sont 600 producteurs qui se sont mobilisés, réunissant 5000 bouteilles, en provenance des quatre départements de l’Appellation. Elles seront remises aux unités début juin.

Si on remonte le fil de l’histoire, ce n’est pas le premier don que la Champagne fait au corps médical. En 1914 déjà, la profession, souhaitant participer à l’effort de guerre, avait offert 11.000 demi-bouteilles à la Société de la Croix rouge, pour réconforter les blessés. On considérait aussi à l’époque le champagne comme un produit thérapeutique et un élément indispensable de la pharmacopée. De nombreux médecins le recommandaient dans les suites opératoires !

L’intention ici est évidemment différente. En dépit des rumeurs qui se sont répandues au début de la crise, le champagne n’a malheureusement aucun effet prouvé sur le coronavirus, du moins pas plus que la chloroquine… On a questionné avec raison les malades sur leur consommation de tabac, avec des résultats surprenants, on a sans doute oublié de le faire pour le champagne.

Pour Maxime Toubart, président du SGV, il s’agit de remercier « l’engagement de l’ensemble de la profession médicale, ces femmes et ces hommes qui œuvrent au quotidien à la santé de chacun et qui font preuve de dévouement et de générosité ». Et comme le champagne est d’abord un vin de célébration, les soignants pourront ainsi fêter dignement leur réussite : le coronavirus n’a pas disparu, mais il est certain que sans leur travail acharné, l’épidémie aurait pu être beaucoup plus meurtrière.