Deux figures vigneronnes, Olivier Leflaive en Bourgogne et Erick de Sousa en Champagne, ont créé en commun le champagne Valentin Leflaive. Après le blanc de blancs sorti l’année dernière, venez découvrir le nouvel opus rosé qui entre tout juste en marché.

Ralliez-vous au panama blanc ! Cet inséparable couvre-chef du vigneron bourguignon Olivier Leflaive scelle aussi l’amitié qui l’unit au Champenois Erick de Sousa. De cette amitié est né un champagne, Valentin Leflaive, dont le célèbre chapeau signe en toute logique l’étiquette.

Olivier Leflaive, un vigneron connu et reconnu en Bourgogne, « pétillant » et grand amateur de champagnes. Erick de Sousa, vinificateur champenois de génie et grand amoureux des vins de Bourgogne. Quand au prénom Valentin, c’est le prénom à la fois d’un des fils d’Erick et d’Olivier ! Pas complètement une histoire de famille, mais certainement d’amitié mutuelle, car chacune des deux maisons, bien installée, n’a pas de besoin économique vers l’autre vignoble.

« Erick a tout de suite été séduit par l’idée d’associer la Bourgogne et la Champagne, explique Jean Soubeyrand, président du directoire d’ Olivier Leflaive et promoteur du projet. Nous sommes cousins par les cépages et nous de plus en plus la notion de terroirs en commun ».

Dans la collaboration, Erick de Sousa est l’élaborateur. Pour le premier opus, un blanc de blancs (47 €), les raisins proviennent des plus nobles origines sur la côte des blancs (clin d’œil à la côte de Beaune du Bourguignon) et élevés partiellement en fûts de chêne issus du domaine Olivier Leflaive. Ce champagne aux reflets dorés, à la mousse crémeuse et aux bulles minuscules, est clairement un champagne gastronomique. Le nez est caractéristique de fruits à noyau bien mûrs (mirabelle), de fruits à coque, de touches pâtissières (tarte aux pommes caramélisées). L’extra-brut lui va bien, tant l’élevage lui donne déjà amplitude et velouté.

Nouveauté dans la gamme, le rosé (49 €) est un 100 % pinot noir de la Montagne de Reims. La teinte est très originale (nacre rose), le train de bulles particulièrement lent et gracieux. Le premier nez est floral (pétales de rose, camélia, lavande), avant de se révéler à l’aération sur des notes plus griotte. La bouche est à l’avenant. Peu de gaz. Lavande, cerise kirch, papaye séchée et pétale de violette confite. Le pinot noir s’exprime son caractère de cépage rouge sur la fin de bouche, avec de la mâche.

La gamme devrait être complétée d’ici quelques années d’un millésimé et d’une cuvée de prestige, qui sommeillent actuellement dans les caves et mûrissent lentement. En ligne de mire également, l’achat de vignes, qui achèverait d’ancrer solidement cette amitié dans le terroir champenois !