(c) BNIC Serge DETALLE
(c) BNIC Serge DETALLE

La filière du cognac contourne les obstacles sanitaire et géopolitique pour afficher une croissance de 16,2% sur les 12 derniers mois. En un an, plus de 223 millions de bouteilles sont parties dans le monde entier pour un chiffre d’affaires de 3,6 milliards d’euros. Le cognac retrouve des couleurs et confirme que ce spiritueux a le vent en poupe.

Comme sur l’ensemble de la France viticole, le rendement de la récolte 2021 ne fut pas sensationnel. Mais, avec 10,77 d’hectolitres d’alcool pur par hectare, le rendement se situe dans la moyenne décennale. « Il permettra, avec le concours de la réserve climatique d’accompagner la croissance persistante de la filière », précise le Bureau National Interprofessionnel du Cognac. Car, par les temps qui courent, il faut que l’offre réponde à la demande. « La filière Cognac enregistre, pour l’année 2021, une belle dynamique sur ses marchés, ajoute le communiqué. Sur ces 12 derniers mois, un chiffre d’affaires de plus de 3,6 milliards d’euros au départ de Cognac a été réalisé et 223,2 millions de bouteilles de cognac expédiées, soit une hausse de + 16,2 % en volume et de + 30,9 % en valeur par rapport à 2020 ». Ainsi, malgré la crise sanitaire et les aléas géopolitiques, le marché de l’eau-de-vie charentaise a retrouvé de sa superbe avec des habitudes de consommation proche de celle de 2019, en volume (+ 3,1%) comme en valeur (1,6%). Les États-Unis restent le premier marché d’exportation avec une hausse de 11,1% soit 115 millions de bouteilles expédiées outre-Atlantique en 2021. Le marché chinois vient en second mais c’est celui qui a connu la plus forte progression, enregistrant une hausse de 55,8% par rapport à 2020. L’Europe comme les marchés émergeants (Afrique du Sud, Nigéria) poursuivent également leur dynamisme. Précisément en France, cinquième marché de la filière, on note une très belle performance avec 6,1 millions de bouteilles vendues soit une progression de 23,4%. « Le cognac reste marqué par une très forte dynamique, souligne le président du BNIC, Christophe Véral. Nous enregistrons de très bons résultats d’expéditions en 2021. La demande de cognac n’a jamais été aussi importante sur nos marchés que cette année. Malgré les incertitudes météorologiques, la récolte 2021 nous permet de soutenir la poursuite de notre croissance, alors que toutes les données disponibles nous mènent à être raisonnablement optimistes pour l’année 2022 ».