Benjamin Roffet devra attendre encore un peu pour représenter la France à l'international ! (Photo Jean Bernard)
Benjamin Roffet devra attendre encore un peu pour représenter la France à l'international ! (Photo Jean Bernard)

Philippe Faure-Brac, président de l’Union de la Sommellerie Française, le reconnaît, la crise sanitaire a bousculé la vie de la sommellerie en France et dans le monde. Avec des conséquences sur quelques-uns des grands rendez-vous à venir.

Le petit monde de la sommellerie n’est pas sorti indemne de la crise sanitaire. A commencer par les étudiants en formation spécialisée qui ont subi les annulations de leur stage en entreprise qui débouchent souvent sur un emploi saisonnier voire au-delà, et de deux concours (Trophée Pessac-Léognan et Trophée Chapoutier).
Des rendez-vous à l’échelle internationale ont subi le même sort, en particulier l’assemblée générale de l’Association de la Sommellerie Internationale initialement prévue en Chine à la fin de ce mois et finalement déplacée mi-novembre à Chypre. Un moment important avec l’élection du nouveau président qui opposera le sortant, l’Argentin Andres Rosberg, au Belge William Wouters.

“En revanche, Chypre n’accueillera pas dans la foulée le concours du Meilleur sommelier d’Europe. Trop de pays n’avaient pu encore procéder à la sélection de leur candidat. La décision a donc été prise de déplacer cet événement au mois de mars, toujours sur l’île de la Méditerranée”, explique Philippe Faure-Brac, président de l’UDSF. Benjamin Roffet, le représentant de la France aura donc quelques mois supplémentaires pour se préparer.

Le prochain concours mondial que la France organisera pourrait également faire l’objet d’un report et passer ainsi du mois de février 2022 à celui de 2023. Si la décision ferme et définitive n’a pas encore été prise le président français évoque cette possibilité de façon très concrète.

Le Meilleur ouvrier de France décalé d’un an

Report également d’une année pour les épreuves du concours Un des Meilleurs ouvriers de France. Le nouveau calendrier, pour la sommellerie ainsi que pour l’ensemble des classes de métiers, s’organise de la manière suivante : de février à juin 2021 phase préparatoire, puis de septembre à décembre 2021 les sélections et enfin, de février à juin 2022, se dérouleront les finales.
Avec d’ores et déjà pour certitude que la sommellerie sera l’une des spécialités les plus représentées en nombre de candidats, comme c’est le cas depuis trois éditions au moins.

L’année 2021 devrait toutefois permettre à l’UDSF d’organiser de manière normale deux de ses épreuves. Pour la première concernée, le calendrier définitif a été fixé entre les différents acteurs de son organisation et, notamment, David Biraud qui assure la direction du comité technique. Ainsi la sélection sera organisée le lundi 25 janvier prochain dans une dizaine de lycée professionnels à travers la France. La phase finale se déroulera les 28 et 29 mars. On saura alors qui aura succédé à Charlotte Guyot sacrée deux ans plus tôt en Champagne.

Dernier rendez-vous, le Master of Port qui est également proposé tous les deux ans. Là, les dates de la sélection puis des deux dernières étapes ne sont pas encore connues.