Le résultat du scrutin organisé par l’Association de la Sommellerie Internationale est tombé au cours de la nuit : Philippe Faure-Brac et l’Union de la Sommellerie Française ont convaincu la majorité des 55 autres pays votants !

L’Union de la sommellerie française en rêvait depuis des années, c’est désormais acquis, elle organisera bien à nouveau un concours ASI du Meilleur sommelier du monde. Ce sera du 8 au 13 mai 2022 à Paris.

L’annonce est tombée dans la nuit, au terme d’un vote à distance qui concernait les pays membres actifs de l’Association de la Sommellerie Internationale (les pays observateurs ne pouvant participer au vote). Sur les 52 votes exprimés, la France a obtenu 19 voix, la Lettonie et la Nouvelle-Zélande 15 voix chacune et la Géorgie 3 voix. Un scrutin serré mais l’essentiel est là !

La France, berceau de la sommellerie, cet art de conserver, ouvrir, déguster, servir et marier les vins avec les mets, accueillera le monde pour la deuxième fois. La première, c’était en 1989, et l’Alsacien Serge Dubs était alors couronné.

“Nous apprécions le vote de confiance de nos pairs en faveur à la fois de nos sommeliers et de la capacité de notre pays à accueillir un concours aussi prestigieux. Bien que notre programme se déroule à Paris, tous les sommeliers de France se joignent à moi pour s’engager à organiser et accueillir cet incroyable événement”, a réagi à chaud Philippe Faure-Brac. Un président de l’UDSF qui connaît l’ampleur de la tâche qui l’attend lui est son association nationale.

Une Union motivée pour couronner de succès cet événement, le premier des temps forts planétaires qui vont s’enchaîner dans l’hexagone avec la Coupe du monde de rugby en 2023 et les Jeux olympiques, l’année suivante.

Mobiliser les énergies et, surtout, réunir les partenaires pour boucler un budget supérieur à un millions d’euros, voilà pour les grands défis des prochains mois…