Les terribles incendies de l’été ont finalement épargné ce vignoble de l’ouest américain, pour le plus grand bonheur des bourguignons installés sur place.


C’est un grand « ouf » de soulagement. En Oregon, vignoble de l’ouest américain, les incendies de l’été et leurs fumées ont finalement épargné la vendange 2021. Dans cette terre prisée des maisons bourguignonnes [voir encadré], la vendange se termine, et on relâche enfin la pression.

« Les incendies ont débuté très tôt dans le sud de l’État. Ils ne sont pas allés jusqu’au nord, où se situent nos vignes. Mais la crainte des fumées subsistait. Elles peuvent donner des goûts aux raisins», témoigne Véronique Drouhin, propriétaire avec sa famille de plus de 100 hectares dans la Willamette Valley. «Ça a été le cas en 2020, et nous n’avions pas pu réaliser notre cuvée de garde, de peur que ces goûts de fumée se révèlent en bouteille». Cette année, « Les vents dominants ont heureusement détourné les fumées du vignoble. » Mais la chaleur, elle, était bien de mise. « Il n’a pas plu depuis juin ! La vigne a souffert du manque d’eau, mais a prouvé sa capacité de résistance. » Résultat : « on a commencé à vendanger le 8 septembre, avant la Bourgogne ».


Un beau millésime

Une précocité exceptionnelle, également constatée par Thibault Gagey, directeur général adjoint de la maison Louis Jadot, propriétaire en Oregon de Résonance Vineyard (environ 35 hectares). «Nous avons commencé à vendanger avant la Bourgogne. C’est sûrement une première. » Ce qui n’empêche pas la qualité. « On a une bonne maturité et de jolis équilibres, avec des degrés pas trop élevés. Ce sera un beau millésime. Le seul bémol vient des rendements, relativement bas : on devrait récolter 20 à 25 % de moins que l’objectif. » Même constat du côté de Véronique Drouhin (photo ci-dessous). « C’est une très belle vendange ! Ni trop abondante, ni trop petite. On a de belles couleurs et un fruit magnifique. »

De quoi consoler, en partie, ces maisons qui devront se contenter de rendements historiquement faibles en Bourgogne, où les volumes sont à ce jour estimés à -50 % par rapport aux moyennes, jusqu’à -90 % dans les zones les plus touchées par le gel.

L’Oregon, eldorado bourguignon

Avec un climat frais par rapport à la Californie voisine, et très adapté au pinot noir et au chardonnay, l’Oregon séduit les maisons bourguignonnes depuis les années 1980. Joseph Drouhin, Louis Jadot, Bouchard Père et Fils ou encore Méo-Camuzet ont tenté l’aventure, alors qu’en Bourgogne le foncier devient inaccessible.