(photo : Emmanuel Perrin)
(photo : Emmanuel Perrin)

À flanc de montagne, bordant la Méditerranée sur la côte sud-ouest de l’île, l’appellation Ajaccio, née en 1971 et qui détient des records d’ensoleillement et d’altitude, est la patrie du sciaccarellu. La quinzaine de vignerons de l’AOC soignent particulièrement ce cépage « craquant », en rouge ou en rosé. Six d’entre eux nous ont ouvert leurs portes.

Retrouvez l’intégralité de cette Escapade dans le Terre de vins n°68, disponible sur notre kiosque digital.

Épisode 1 : Clos d’Alzeto

En hauteur et en famille
Ici, on travaille en famille. Pascal Albertini a laissé les clés de la cave à son fils Alexis quand il est revenu dans l’île avec son diplôme d’œnologue. Il a repris le domaine avec son frère et sa sœur mais « ce n’est pas Albertini que l’on met en avant chez nous, avoue Alexis, pourtant la cinquième génération. Pour parler de vin, il n’est pas bon de trop personnaliser ; ici, c’est le Clos d’Alzeto. » On y faisait déjà le commerce en bouteilles il y a près d’un siècle mais c’est surtout Pascal qui lui a fait prendre une autre dimension à partir des 6 hectares autour de la cave. Aujourd’hui, le vignoble en compte plus d’une cinquantaine disséminés à flanc de montagne, la plupart sur des arènes granitiques. Il peut d’ailleurs revendiquer être le domaine viticole le plus haut de Corse avec une parcelle à 500 mètres d’altitude. Depuis 2014, tout a été clôturé pour échapper aux ravages des sangliers. Sur la Montagne A Vida, toutes les parcelles sont attenantes et sur les flancs de la vallée de la Cinarca, les paysages ont des accents florentins.
Les raisins sont vinifiés dans une toute nouvelle cave en pierre avec un panorama époustouflant sur les coteaux et, au loin, les eaux du golfe de Liscia. Le nouveau bâtiment abrite même une vinothèque avec quelques milliers de flacons. Le plus vieux date de 1958, la réserve est un peu plus importante à partir de 1988, surtout en rouge (40 % de la production) « car de plus en plus d’amateurs de vins et de restaurants étoilés recherchent des vieux millésimes ». La plus grande satisfaction d’Alexis est de constater la reconnaissance du sciaccarellu tant décrié jusqu’à la fin des années 2000, « alors que ça peut être un magnifique cépage, autant pour les rouges que pour les rosés, qui peut très bien vieillir ». Alexis l’associe parfois au niellucciu et au grenache mais pour sa nouvelle cuvée Moretelle, dont il vient de sortir le premier millésime (2016), il a choisi une version atypique avec un 100 % sciaccarellu en partie élevé en barriques de plusieurs vins, aux tanins puissants et aux arômes sauvages d’épices et de garrigue. Ce Moretelle, du nom de la parcelle à près de 500 mètres, est en Vin de France comme le blanc, minéral et citronné à base de bianco gentile et de vermentinu (55 €). La gamme est large dans toutes les couleurs, avec bientôt du minustellu et de l’aleatico pour des rouges frais et croquants mais Alexis pense orienter ses nouvelles plantations en blanc, de plus en plus demandé, parce que le vermentinu est « un cépage caméléon, un vrai bonheur de vigneron ».

Clos d’Alzeto – 20151 Sari-d’Orcino
04 95 52 24 67 – Site internet