Parmi la cinquantaine de propriétés de tous les terroirs bordelais présentes à la Foire aux Seconds Vins, la famille Castéja présente pour la première fois les seconds vins de trois de ses crus classés, de la rive droite à la rive gauche. A découvrir le samedi 6 octobre (10h-18h30) au Hangar 14 (quai des Chartrons, Bordeaux).

Chaque année depuis quatre ans, Terre de Vins et Cash Vin créent l’événement à l’automne en réunissant un magnifique panel de seconds vins bordelais, le temps d’une journée, au Hangar 14. Parmi eux, zoom sur les seconds vins de trois des propriétés bordelaises détenues par le groupe familial Borie-Manoux, négociant et viticulteur, qui en compte au total une dizaine. A déguster et acquérir au meilleur prix grâce à la boutique éphémère de notre partenaire Cash Vin : le millésime 2015 des seconds vins des 5e grands crus classés de Pauillac château Batailley et château Lynch-Moussas, et du 1er Grand Cru Classé de Saint-Emilion château TrotteVieille. Explications avec Frédéric Castéja, directeur général de Borie-Manoux.

Pourquoi participer pour la première fois à la Foire aux Seconds Vins ?
Cet événement offre une importante visibilité pour nos propriétés. C’est une belle occasion pour augmenter encore un peu plus la notoriété de nos vins auprès des consommateurs. “Les Hauts de Lynch-Moussas” existe depuis 2001, il est déjà connu, tout comme “Dame de Trotte Vieille” qui existe depuis plus d’une quinzaine d’année. En revanche, “Lions de Batailley” est plus récent, avec un premier millésime sorti en 2014, et n’est pas forcément encore très connu du grand public.

Adoptez-vous une philosophie commune dans la création de vos seconds vins ?
L’idée des seconds vins chez nous n’est pas de faire des vins complètement différents des premiers vins. Ils doivent avoir des profils de dégustation assez proches pour faire découvrir le terroir de chacune de nos propriétés et être une introduction aux grands vins. Les seconds vins intègrent la production de vignes jeunes, mais pas que, avec une moyenne d’âge de 25-30 ans sur les assemblages. On cherche à faire des vins qualitativement irréprochables, qui permettent aux consommateurs de se faire plaisir et d’entrer dans notre univers.

Parlez-nous de chacun de ces trois seconds vins…
Château Lynch-Moussas a des vignes en appellation Haut-Médoc et Pauillac, travaillées de la même façon. Pour créer Les Hauts de Lynch-Moussas, nous déclassons tous les ans du Pauillac en Haut-Médoc afin d’avoir un volume de second vin assez important et qualitatif pour faire nos assemblages. C’est un vin à dominante cabernet-sauvignon, mais avec une proportion assez importante de merlot, pour obtenir des vins assez ronds, friands, qui peuvent être consommés relativement jeunes, mais ont quand même besoin de vieillir 2-3 ans en bouteilles avant d’être bus. On veut proposer des vins frais, fruités, amples, avec de belles longueurs en bouche.
En créant Lions de Batailley en 2014, on a décidé de faire une première sélection au vignoble sur ce qu’on considérait comme n’apportant pas forcément quelque chose de plus au grand vin, mais qui pourrait être intégré au grand vin. Aujourd’hui, cette cuvée représente 1/3 de la production du château mise en bouteille en 2nd vin en appellation pauillac. Ce sont des vins assez friands, assemblages d’au moins deux voire trois cépages, cabernet sauvignon, merlot et éventuellement cabernet franc et petit verdot, qui donnent une complexité un peu supérieure. C’est un vin avec une structure un peu plus tannique jeune, qui a besoin de s’affiner, et nécessite un vieillissement un peu plus long avant d’être consommé.
Avec ses 11 ha et ses 6 000 bouteilles par an, château Trotte Vieille est une petite propriété en comparaison de Lynch-Moussas ou Batailley, qui couvrent une soixantaine d’hectares. Dame de Trotte Vieille est un assemblage équilibré de merlot et cabernet franc, assez friand jeune mais qui, si on le laisse attendre quelques années développe des arômes typiques du cabernet franc avec plus de finesse et de structure.

En quoi ces seconds vins sont-ils intéressants pour le consommateur ?
Ces vins proposent trois instants de consommation à prix abordables. Par exemple, le week-end, on peut commencer un samedi avec « Les Hauts de Lynch-Moussas » (lors de la Foire aux seconds vins, 20€ l’unité, 18€ par caisse de 6) sur une viande rouge, une viande blanche ou un poisson en sauce, poursuivre le dimanche pour un repas de famille avec « Lions de Batailley » (lors de la Foire aux seconds vins, 29€ l’unité, 27€ par caisse de 6), et pour un événement un peu particulier déboucher un « Dame de Trotte Vielle » (lors de la Foire aux seconds vins, 55€ l’unité, 49,90€ par caisse de 6). Cela dit, rien n’empêche non plus de servir les trois en même temps, car comme ils ont tous les trois des profils différent, selon le style que chacun aime, chacun trouvera le vin qui lui plaît.

Réservez vos places pour la Foire aux Seconds Vins ci-dessous.