Reportées par décision préfectorale la veille au soir, les 160e ventes des Hospices de Beaune devaient avoir lieu ce dimanche 15 novembre. Les grandes maisons de Bourgogne, qui figurent parmi les principaux acheteurs, ne cachent pas leur surprise, et appellent à une reprogrammation rapide de l’événement. Réactions.

Albéric Bichot, maison Albert Bichot, acheteur n°1 ces dix dernières années :
“À titre personnel, je n’ai rien compris à ce dénouement. Samedi soir, j’étais encore sûr à 99% que les ventes auraient lieu. C’est une grosse déception pour l’hôpital, et pour les hospitaliers de France qui doivent bénéficier des profits de la pièce des présidents. Mais aussi pour nos clients. Une bonne partie de la nuit, j’ai rappelé des dizaines et des dizaines de clients de différents pays, qui attendaient des nouvelles de la vente. Beaucoup d’ordres d’achat ont été émis. Il faut que cette vente se fasse au plus vite, pour garder la dynamique, et que les acheteurs ne baissent pas les bras. Mon soutien aux Hospices est inconditionnel.”

Famille Drouhin, maison Joseph Drouhin : “Le report de cet événement afin d’en préserver la sérénité, de recueillir l’adhésion de tous les acteurs et d’en garantir la bonne sécurité est un choix juste, même s’il nous blesse car cette vente va bien au-delà d’une vente aux enchères: elle est tout d’abord une vente de charité. Cet évènement est majeur pour notre région car il contribue au financement des investissements matériels des Hospices de Beaune et participe à la réputation des vins de Bourgogne sur notre territoire et au-delà. Les bénéfices de la vente de la pièce des présidents devaient être entièrement reversés aux personnels hospitaliers et à leur famille directement touchés par l’épidémie. Notre famille est de tout cœur avec eux et espère voir très prochainement, le plus vite possible, l’organisation de cette vente.”

Louis-Fabrice Latour, maison Louis Latour : “Nous avons appris la nouvelle par la presse. Nous savions que cette année l’organisation serait difficile, mais la décision d’hier nous a quand même étonnés. Ce sont surtout nos clients qui sont déçus. Le mieux, quitte à annuler, aurait été de le faire il y a trois semaines. Mais nous nous en remettrons, cela arrive dans un contexte où la Bourgogne ne s’en sort pas trop mal. De toute façon, aucun de nos clients ne s’était déplacé à cause du contexte sanitaire. L’idéal serait d’organiser ces ventes au plus tôt. Avant Noël, ce serait bien, toute la ville de Beaune pourrait en profiter.”

Pierre-Henry Gagey, maison Louis Jadot : “C’est un peu triste, et un peu brutal d’apprendre ceci la veille au soir. Tout cela aurait pu être fait dans la sérénité. Mais ce n’est pas non plus une catastrophe. Nos clients comprennent très bien la situation, nous les avons prévenus ce dimanche matin. Nous avions dégusté les vins, 2020 est un très beau millésime, nous sommes prêts. Maintenant, il faut faire ça le plus rapidement possible. D’autant plus que la pièce de charité est mise aux enchères pour les agents hospitaliers, qui s’impliquent à fond contre la Covid. Même si cela paraît compliqué dans les semaines à venir. Nous restons dans l’incertitude…”

Retrouvez notre dossier consacré aux Hospices de Beaune dans “Terre de Vins” n°68, actuellement dans les kiosques. Suivez ce lien pour vous abonner.