Dans les côtes du Rhône, Lionel Duplessis a relevé un défi technique : implanter un vignoble en spirale. Nous en avons cueilli les premières syrahs le week-end dernier.

Pour que je puisse découvrir son invention, in situ, Lionel Duplessis m’a proposé de donner quelques coups de sécateur dans sa parcelle de côtes-du-Rhône. Rendez-vous est pris le 5 septembre au matin, premier jour de vendange sur l’exploitation située à Jonquières (Vaucluse). Je retrouve le vigneron à 9 heures. Depuis la veille, le mistral s’est gentiment levé, 70 km/heure. Ça siffle dans les oreilles !

Me voici donc au cœur du projet échafaudé par Lionel Duplessis voilà six ans : planter 60 ares de syrah en forme de spirale. Trois ans plus tard il a récidivé sur un ha de grenache. De fait, on ne voit jamais le bout du rang, la vigne tourne en boucle sur elle-même. Un peu perturbant au départ, mais on s’y fait assez vite. « J’ai voulu savoir si implanter une vigne en rond, au lieu d’effectuer une ligne droite, pouvait changer quelque chose », explique le vigneron bourguignon d’origine. Il s’est installé dans les côtes-du-Rhône en 1999, après une carrière de sommelier dans des établissements huppés de Belgique. « Il s’agit d’un vraie spirale, souligne t-il. Elle se termine en sortant vers la droite. » Il a fait appel à un architecte pour réaliser le tracé. « Hormis les cartons d’expédition de vin qui sont rectangulaires, ajoute t-il. Tout est rond dans notre métier, le cep, les grappes, les grains, les bouteilles, les fûts… » Pourquoi pas un vignoble ? Il constate déjà des variantes. « Les vignes de syrah se montrent plus vigoureuses, indique t-il. Peut-être parce que l’exposition de la surface foliaire au soleil est modifié. » Sur les grenaches, il n’a pas encore observé de différences. « Les vignes sont plus jeunes, il faut encore un peu de recul. »
En attendant, il a créé une cuvée provenant de ces parcelles. Prénommé Spirale (6, 50 €), c’est un côtes du Rhône dominé par la syrah aux notes de fruits noirs et d’épices qui cajole le palais de ses tanins mûrs et veloutés. Un joli flacon dont l’étiquette argentée s’illustre d’une spirale.

Ses autres vins

Délices côtes du Rhône rosé 2014 (5, 50 €) : rose grenadine, c’est l’antithèse des rosés pâle. Charnu, tout en rondeur, aux notes de fruits rouges, il possède une vivacité et une fraîcheur remarquables.

Élégance côtes du Rhône rouge 2013 (8, 50 €) : élevé en fût, légèrement toasté, il a déjà une patine racée en bouche avec des notes d’épices et de fruits noirs.

Distinguo côtes du Rhône villages Plan de Dieu 2011 (16 €) : Lionel Duplessis a pratiquement achevée rénové les 4 ha de vignoble qu’il possède sur cette appellation. Duo de grenache et de syrah, sudiste jusqu’au bout des ongles, il se livre avec panache sur des notes complexes de musc, d’épices douces et de figue.