(©Credoc_Vin & Société - Quadrature du Cercle)
(©Credoc_Vin & Société - Quadrature du Cercle)

Plus on avance en âge, plus on apprécie le vin. C’est ce qui ressort de la dernière étude du Crédoc et Vin & Société qui a analysé la consommation notamment chez les plus de 50 ans. Il n’empêche que celle-ci tend à diminuer dans toutes les tranches d’âge.

Le vin confirme son statut de produit traditionnel qui semble de plus en plus apprécié avec le temps et l’expérience. Rien de nouveau dans le verre, direz-vous. Certes, les grandes tendances ne changent pas, “mais on se voit dessiner une évolution et en observant les chiffres sur 15 ans [entre 2003 et 2016], on peut constater autant un effet de tendance qu’un effet de génération, estime Krystel Lepresle, directrice de Vin & Société. La consommation est plus régulière quand on avance en âge mais elle reflète aussi l’époque et confirme que l’on garde ses habitudes de consommation en vieillissant, même si toutes les tranches d’âge sont en baisse.”
Aujourd’hui, un quart des 18-24 ans boivent du vin au moins une fois par semaine ; après 40 ans, un adulte sur deux, 60% chez les 75 ans et plus. Mais depuis 2003, il est indéniable que cette consommation hebdomadaire est en diminution, plus accentuée entre 40 et 59 ans, respectivement à -26 % entre 40 et 49 ans, -24 % entre 50 et 59 ans. La baisse est moins accentuée chez les jeunes mais ils en consomment déjà peu et sont plutôt amateurs de bières et spiritueux.

Surtout à table

Les quadra semblent également beaucoup plus raisonnables dans leur consommation quotidienne (-48% en quantité) qui est passée de 25 cl en moyenne à 13 cl en 15 ans. Les seniors restent, en revanche, davantage attachés à leur verre de vin, surtout entre 60 et 74 ans et apparaissent comme des consommateurs plus réguliers, environ 7,7 fois par semaine pour les plus de 75 ans contre 3,2 fois pour les 18-29 ans.
Les occasions de consommation augmentent donc avec l’âge et également avec le temps de présence à table. “Le vin n’a guère sa place quand on déjeune sur le pouce ou en restauration rapide, reconnait Krystel Lepresle. Il est plus présent quand on prend le temps de manger”. Là encore, le vin confirme son statut de produit traditionnel et convivial en gardant une place privilégiée en association avec le repas. C’est le cas pour plus de 80% des seniors mais aussi pour près de la moitié des jeunes, même si ils consomment rarement au déjeuner et surtout au diner ou à l’apéritif. Les premiers apprécient le vin en toutes occasions mais surtout en famille, les seconds surtout entre amis.

“Il n’y a pas de surprise mais une remise en perspective à l’échelle d’une génération. En tout cas, cette étude écorne l’image du Français gros buveur de vin car si on prend toujours l’échelle de 50 ans pour prouver que la consommation a baissé, on peut également constater que c’est une tendance de fond qui se poursuit actuellement et sur toutes les classes d’âge”. Cela présage de beaux jours pour le boire moins mais mieux.